JEAN BAPTISTE SAY (1767-1832) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Vendredi, 04 Février 2011 11:20

Les produits s’échangent contre les produits

Cette formule est aujourd’hui connue sous le nom de « loi de Say ». A la différence de Malthus, Jean Baptiste Say ne croit pas à la fatalité d’une crise générale et durable de surproduction. La loi de Say a en fait deux sens plus ou moins articulés. Le premier sens invite à repousser l’illusion des apparences monétaires pour ne s’intéresser qu’à ce qui est « réel » : la production et la consommation de biens et services. La monnaie n’est qu’un « voile », un intermédiaire dans les échanges ; elle ne peut avoir d’influence que sur le niveau général des prix, quand sa quantité en circulation augmente (hausse des prix) ou diminue (baisse des prix). La monnaie n’affecte que les étiquettes des prix – on peut comprendre cela avec le passage du franc à l’euro. En fait, sur le marché, ce sont des produits qui s’échangent contre des produits, la monnaie ne jouant qu’un rôle nominal, qu’une fonction d’affichage.

Les produits créent leurs propres débouchés

Peut-on envisager que des produits puissent exister sans trouver leur contre-partie, ce qui signifierait une crise de surproduction ? Oui, cela peut se produire au niveau micro-économique, dit Say, parce que certains produits sont inadaptés à ce que recherche la clientèle ; mais il ne s’agit que d’une crise provisoire, car très vite les facteurs de production vont se déplacer vers d’autres secteurs, d’autres produits, plus intéressants.

Mais cela ne peut exister au niveau macro-économique pour une simple raison : en même temps que le producteur propose son produit, il rémunère les gens qui ont participé à la production. Tout pouvoir d’achat a pour origine la production, la rémunération d’un effort fourni. Ce pouvoir d’achat est d’un montant (réel) rigoureusement égal à la valeur du produit : la « valeur ajoutée » se retrouve sous forme de salaires, intérêts et profits au niveau des travailleurs, prêteurs et entrepreneurs qui ont concouru à la production.

Donc l’entreprise propose simultanément le produit et de quoi l’acheter. Bien évidemment cette égalité ne peut se boucler qu’au niveau d’un réseau complet d’entreprises : une entreprise A crée des débouchés pour une autre B, qui elle-même distribue des revenus qui permettront à A de grossir sa clientèle.  

Economie de l’offre contre économie de la demande

Jean Baptiste Say est ainsi le pionnier de l’économie de l’offre, qui explique toute richesse d’un pays par la performance des entreprises, par l’importance de la production, seule source de revenus et de pouvoir d’achat. Il s’oppose ainsi à Malthus et à tous ceux qui se situeront du côté de la demande, qui voient le dynamisme d’une économie du côté des dépenses. Mais, dit Say, comment dépenser un argent qui ne vient pas de la production ? Ce ne peut être que par un subterfuge, la création de monnaie, un pouvoir d’achat créé ex nihilo, sans contrepartie réelle à l’origine. Jacques Rueff parlera à ce sujet de « faux droit ». On reconnaît un droit de consommer à des personnes qui n’ont rien apporté à la production. Le résultat ne peut être que le gonflement de la masse monétaire et des prix, sans accroissement des richesses produites. Relancer l’économie en stimulant artificiellement la demande ne débouche que sur l’inflation.  

La première théorie de l’entrepreneur

Pendant plus d’un siècle, Say sera le seul économiste à mettre en évidence le personnage de l’entrepreneur, soigneusement ignoré par exemple chez Ricardo pour lequel l’entrepreneur est celui qui apporte des capitaux, par comparaison (voire par opposition dira Marx) avec le travailleur, qui apporte sa main d’œuvre. Il est vrai qu’au début du XIXème siècle l’apport en capital est la façon la plus courante de devenir entrepreneur. Mais d’une part on peut créer une entreprise avec de l’argent emprunté à d’autres (banques, épargnants), d’autre part un entrepreneur a des qualités propres : il doit connaître le marché (fonction commerciale), organiser la production (fonction technique) et surtout savoir mener des hommes (fonction de direction). Enfin l’entrepreneur prend tous les risques à sa charge, et accepte d’être rémunéré par des profits, alors que celui qui se contente de placer son argent est sûr de l’intérêt qu’il percevra. Toutes ces qualités sont rarement réunies sur une seule personne, voilà pourquoi les profits peuvent être importants, associés à un risque lui aussi important. L’entrepreneur rémunéré par un profit, revenu aléatoire) est différent d’un capitaliste rémunéré par un intérêt (revenu contractuel). L’entrepreneur est un genre de superman, et le thème sera repris par Schumpeter dans les années 1930.

 

Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Publication trimestrielle depuis plus de 40 ans, le Bulletin rend compte de la vie de l’ALEPS mais il propose aussi dans chacun de ses numéros plusieurs études de ses administrateurs, dont Fred Aftalion, Axel Arnoux, Jacqueline Balestier, Jean Philippe Feldmann, Georges Lane, Bertrand Lemennicier, Pascal Salin, Patrick Simon.

50 pages, Abonnement  annuel : 50€,  numéros anciens 5€ suivant disponibilité

Bulletin d'abonnement

Revue des Livres

Jacques Garello

Comment sauver vos retraites

L’ouvrage est sorti des presses jeudi 28 novembr...

Olivier Marteau

L’étrange défaite de la France dans la mondial...

Evidemment, cette défaite est masquée par les qu...

Portait

Le monétarisme de l’école de Chicago

« L’anti-Keynes » : ainsi a-t-on qualifié Milton Friedman, bien que Keynes ait été contesté dès les années 1930 par l’école autrichienne. Mais les coups portés par Friedman seront d’autant plus mortels qu’ils viennent du sérail de l’Université de Chicago, où la macro-économie keynésienne était plutôt à la mode dans les années 1940. D’ailleurs Friedman, au moins dans un premier temps, garde le même cadre d’analyse que celui de la « Théorie Générale » : équilibre macro-économique, rôle moteur de la demande. Mais Friedman va relever deux erreurs graves dans la construction de Keynes : d’une part l’idée que la consommation augmente moins vite que le revenu, ce qui conduirait à la réduction des débouchés, donc de l’emploi, d’autre part l’effet positif d’une injection de monnaie sur le volume des affaires. Avec de nombreuses études statistiques à l’appui, Friedman démontre que l’expansion monétaire n’entraîne que l’inflation et, pire encore, le chômage. Dès lors, la politique à suivre est simple : assurer la stabilité monétaire jusqu’à ce que la monnaie soit « neutre », c'est-à-dire n’ait aucune influence sur le volume de la production. « Rien n’est moins important que la monnaie…quand elle est bien gérée ». Cette politique dite « monétarisme » triomphera à partir de la fin des années 1970 : l’inflation disparaîtra et le chômage diminuera sans cesse.

Les élèves de Friedman (Chicago Boys) persuaderont les dirigeants de nombreux pays, notamment en Amérique Latine et dans la zone Pacifique, d’adopter la rigueur monétaire comme base d’une saine croissance économique.

Lire la suite...