Portait

Voir la vie comme un économiste

Ce thème de l’allocution prononcée lorsqu’il fut honoré du prix Nobel d’économie (1992) résume l’originalité de Gary Becker. A la différence de la plupart des néo-classiques de l’école de Chicago à laquelle il appartient, Gary Becker ne propose pas un modèle d’homo oeconomicus stéréotypé. Quand il parle d’un décideur rationnel, cela ne veut pas dire qu’il fonctionne de façon mécanique, mais qu’il prend sa décision en mesurant avantages et inconvénients. Certes il n’a pas une information parfaite sur le pour et le contre, mais au moment où il choisit il ne peut s’empêcher de mettre en balance ce qui lui en coûtera et ce qui lui portera profit. C’est cela qui est « voir la vie comme un économiste ».

L’intérêt de l’œuvre de Becker est de montrer que cette rationalité s’applique dans la plupart des décisions, quelles que soient leur objet. Economie du crime : quelle est pour le criminel la probabilité d’être arrêté, condamné et d’exécuter sa peine et le crime est-il « payant » ? Economie de la fertilité : le travail de la femme et les coûts de l’éducation dissuadent-ils les époux d’avoir des enfants ? Economie de la nuptialité : quel avantage y a-t-il à passer devant le maire plutôt qu’à vivre en union libre ? Ces exemples sont frappants, et pourraient peut-être choquer. Mais Gary Becker essaie simplement de nous aider à comprendre comment se comportent la plupart des gens.

Lire la suite...
JEAN BAPTISTE SAY (1767-1832) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Vendredi, 04 Février 2011 11:20

Les produits s’échangent contre les produits

Cette formule est aujourd’hui connue sous le nom de « loi de Say ». A la différence de Malthus, Jean Baptiste Say ne croit pas à la fatalité d’une crise générale et durable de surproduction. La loi de Say a en fait deux sens plus ou moins articulés. Le premier sens invite à repousser l’illusion des apparences monétaires pour ne s’intéresser qu’à ce qui est « réel » : la production et la consommation de biens et services. La monnaie n’est qu’un « voile », un intermédiaire dans les échanges ; elle ne peut avoir d’influence que sur le niveau général des prix, quand sa quantité en circulation augmente (hausse des prix) ou diminue (baisse des prix). La monnaie n’affecte que les étiquettes des prix – on peut comprendre cela avec le passage du franc à l’euro. En fait, sur le marché, ce sont des produits qui s’échangent contre des produits, la monnaie ne jouant qu’un rôle nominal, qu’une fonction d’affichage.

Les produits créent leurs propres débouchés

Peut-on envisager que des produits puissent exister sans trouver leur contre-partie, ce qui signifierait une crise de surproduction ? Oui, cela peut se produire au niveau micro-économique, dit Say, parce que certains produits sont inadaptés à ce que recherche la clientèle ; mais il ne s’agit que d’une crise provisoire, car très vite les facteurs de production vont se déplacer vers d’autres secteurs, d’autres produits, plus intéressants.

Mais cela ne peut exister au niveau macro-économique pour une simple raison : en même temps que le producteur propose son produit, il rémunère les gens qui ont participé à la production. Tout pouvoir d’achat a pour origine la production, la rémunération d’un effort fourni. Ce pouvoir d’achat est d’un montant (réel) rigoureusement égal à la valeur du produit : la « valeur ajoutée » se retrouve sous forme de salaires, intérêts et profits au niveau des travailleurs, prêteurs et entrepreneurs qui ont concouru à la production.

Donc l’entreprise propose simultanément le produit et de quoi l’acheter. Bien évidemment cette égalité ne peut se boucler qu’au niveau d’un réseau complet d’entreprises : une entreprise A crée des débouchés pour une autre B, qui elle-même distribue des revenus qui permettront à A de grossir sa clientèle.  

Economie de l’offre contre économie de la demande

Jean Baptiste Say est ainsi le pionnier de l’économie de l’offre, qui explique toute richesse d’un pays par la performance des entreprises, par l’importance de la production, seule source de revenus et de pouvoir d’achat. Il s’oppose ainsi à Malthus et à tous ceux qui se situeront du côté de la demande, qui voient le dynamisme d’une économie du côté des dépenses. Mais, dit Say, comment dépenser un argent qui ne vient pas de la production ? Ce ne peut être que par un subterfuge, la création de monnaie, un pouvoir d’achat créé ex nihilo, sans contrepartie réelle à l’origine. Jacques Rueff parlera à ce sujet de « faux droit ». On reconnaît un droit de consommer à des personnes qui n’ont rien apporté à la production. Le résultat ne peut être que le gonflement de la masse monétaire et des prix, sans accroissement des richesses produites. Relancer l’économie en stimulant artificiellement la demande ne débouche que sur l’inflation.  

La première théorie de l’entrepreneur

Pendant plus d’un siècle, Say sera le seul économiste à mettre en évidence le personnage de l’entrepreneur, soigneusement ignoré par exemple chez Ricardo pour lequel l’entrepreneur est celui qui apporte des capitaux, par comparaison (voire par opposition dira Marx) avec le travailleur, qui apporte sa main d’œuvre. Il est vrai qu’au début du XIXème siècle l’apport en capital est la façon la plus courante de devenir entrepreneur. Mais d’une part on peut créer une entreprise avec de l’argent emprunté à d’autres (banques, épargnants), d’autre part un entrepreneur a des qualités propres : il doit connaître le marché (fonction commerciale), organiser la production (fonction technique) et surtout savoir mener des hommes (fonction de direction). Enfin l’entrepreneur prend tous les risques à sa charge, et accepte d’être rémunéré par des profits, alors que celui qui se contente de placer son argent est sûr de l’intérêt qu’il percevra. Toutes ces qualités sont rarement réunies sur une seule personne, voilà pourquoi les profits peuvent être importants, associés à un risque lui aussi important. L’entrepreneur rémunéré par un profit, revenu aléatoire) est différent d’un capitaliste rémunéré par un intérêt (revenu contractuel). L’entrepreneur est un genre de superman, et le thème sera repris par Schumpeter dans les années 1930.

 

Veilleur d'été

Les économistes d’Aix se remettent au travail

J’apprends avec plaisir que le Cercle des Economistes, présidé par Monsieur Jean Hervé Lorenzi, sera à Aix en Provence pour la 15ème année successive.

Lire la suite...
 
1er juillet : le parti a remporté une grande victoire (à la manière de Bastiat)

Camarades, notre cause avance. Il s’est fait en ce 1er juillet un grand bond vers la société prolétarienne.

Lire la suite...
 

Nouvelle Lettre de la semaine

Le papa du Petit Poucet l www.libres.org

Au sommaire du n°1243 du 23 juin 2015


Editorial : Défaite des pères ?

Conjoncture : NASDAQ et CAC 40 à plus de 5.000 points

Actualité : Une encyclique pour rien - Pas de Grexit : priorité à la politique - Retraites complémentaires : reculer pour mieux sauter ?

Actualité du libéralisme : 800 ème anniversaire de la Magna Carta

Lu pour vous : Ethique et Numérique

Acheter le numéro

Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Si le libéralisme n’est pas assez attractif dans notre pays, c’est qu’il n’est pas connu. Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé.
Ce livret rétablit la vérité : non le libéralisme n’est pas la loi du plus fort, non la propriété n’est pas le vol, non l’intérêt personnel n’est pas l’égoïsme, non l’inégalité n’est pas l’injustice, etc. Au contraire, le libéralisme a une dimension éthique : c’est une doctrine de la dignité de la personne humaine et de l’harmonie sociale.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Revue des Livres

Emmanuel Martin

L'Argent des autres

Avec les armées d’experts à Paris, Bruxelles e...

Caroline Brun et Marie Christine Tabet

L'Etat-voyou

A force de tout se permettre, il dépasse les born...