Identification



Qui est en ligne ?

Nous avons 243 invités en ligne
Bienvenue sur www.libres.org
Ce qui va changer PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 30 Juin 2014 00:00
Ne voyez-vous rien venir ?

Beaucoup de choses vont changer au cours des prochaines semaines. Sans doute, et contrairement à la décence, à la démocratie et à nos souhaits, n’y aura-t-il aucun changement au sommet de l’Etat. Malgré sa conversion spectaculaire à la sociale-démocratie, le Président ne démissionnera pas, tout en continuant à être critiqué par les gens de son bord. Les lois scélérates qui détruisent la famille, la vie, la sécurité seront toujours là, Madame Tobira et ses amis y veilleront. La croissance sera toujours « plate », ce qui explique le chômage, nous explique savamment Monsieur Sapin. Le redressement industriel de Monsieur Montebourg poursuivra son chemin grâce à une codification de la croissance : nous allons en sentir les premiers effets à la rentrée.

Lire la suite...
 
MEDECINE « GRATUITE » : TIERS PAYANT A 100 % PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jean Yves Naudet   
Mardi, 01 Juillet 2014 00:00

« Les Français ne paieront plus chez le médecin »

La formule est de Marisol Touraine, ministre de la santé, dans Le Monde daté du 20 juin. Milton Friedman avait dénoncé la pseudo-gratuité des services publics : « il n’y a pas de repas gratuit ». Il faut bien que quelqu’un paie. Mais qui, sinon les Français ? Le ministre veut dire qu’elle va généraliser le tiers-payant, brisant ainsi le dernier lien informant le patient du prix de la consultation. Jusque-là, c’était payant, mais remboursé ; désormais, voici que l’on veut réellement donner toutes les apparences de la gratuité aux actes médicaux : on enfonce volontairement les Français dans l’ignorance du vrai coût de la protection sociale. Une ignorance déjà organisée avec le mythe des « cotisations patronales ». 

Lire la suite...
 
CROWDFUNDING PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jean Yves Naudet   
Mardi, 24 Juin 2014 00:00

Le mot est passé dans le langage courant, plus encore que son équivalent français, la « finance participative ». La chose, sinon le mot, est aussi vieille que le monde, puisqu’il s’agit de financer un projet grâce à l’apport de certaines personnes, par exemple les membres d’une même famille, sans passer par les acteurs « classiques » du financement. Mais Internet et les réseaux sociaux ont bouleversé ce secteur, notamment grâce à l’émergence de plateformes de finance participative ; il est un plein boom et, comme toujours, la concurrence montre son efficacité au service de l’innovation, ici dans le secteur du financement. Les banques elles-mêmes devront s’adapter.

Lire la suite...
 
Le PTPL : innovation technique et juridique PDF Imprimer Envoyer
Écrit par La rédaction   
Mercredi, 25 Juin 2014 00:00

L’écotaxe disparaît pour faire place à un montage « original »

Lire la suite...
 
La nationalisation d’Alstom : retour au marxisme PDF Imprimer Envoyer
Écrit par La rédaction   
Mercredi, 25 Juin 2014 00:00

La « victoire » d’Arnaud Montebourg nous fait revenir en 1981

Lire la suite...
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 19

Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Ce livret destiné à des militants libéraux avait deux objectifs : d’une part, rappeler le contenu du contrat que des candidats libéraux devraient passer avec les électeurs, d’autre part, imaginer deux scénarios de l’alternance : la gauche reconduite en 2002 et en 2007, mais devenue libérale, ou la droite au pouvoir en 2002 et pour longtemps. En fait, la droite a gagné en 2002, mais le scénario « Thatcher » n’a jamais fonctionné, et la gauche reprend le pouvoir en 2012 !

21 pages, gratuit

Bulletin de commande

Catalogue de la Sefel

Revue des Livres

Jacques Garello

Comment sauver vos retraites

L’ouvrage est sorti des presses jeudi 28 novembr...

Olivier Marteau

L’étrange défaite de la France dans la mondial...

Evidemment, cette défaite est masquée par les qu...

Portait

 

Economiste classique

Contresens sur la valeur travail

Adam Smith avait créé une ambiguïté en juxtaposant trois lectures de la valeur travail : travail incorporé, travail épargné, travail échangé. Ricardo va lever l’incertitude en choisissant la valeur du travail incorporé, malheureusement la mauvaise ! Pour Ricardo un produit qui a nécessité 10 heures de travail vaut deux fois plus qu’un produit qui n’a nécessité que 5 heures. La valeur est donc rigoureusement fixée, la valeur est « objective », ce n’est pas l’objet d’une estimation subjective ni d’un choix personnel. Le marché, la nature de l’échange et la personnalité des échangistes n’influent pas sur la valeur d’un bien. Cette conclusion est en rupture complète avec la pensée de Smith, Turgot ou Say, qui tous trois faisaient de l’échange la base de toute activité économique. Elle explique aussi comment Ricardo articulait prix et valeur : si le prix d’un produit sur le marché augmente à cause de la pression de la demande sur l’offre, il passe au-dessus de sa valeur « intrinsèque », donc il encourage l’offre à se grossir et la demande à diminuer, on revient ainsi au prix d’équilibre, conforme à la valeur objective

Lire la suite...