Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

D’Aristote à René Girard, ils ont abordé les thèmes de l’éternel humain : la nature de l’homme, son destin, sa conscience, la liberté, le pouvoir, la religion, la vie, la vérité, etc. Dans une société où le paraître l’emporte largement sur l’être, se rapprocher des philosophes nous aide à retrouver ce qui importe à long terme, ce qui est le fond de notre humanité et ce qui donne valeur à notre liberté.

64 pages, 30 portraits, 5€

Bulletin de commande

 

Portait

Pourquoi la croissance de l’Etat ?

Au début du 20ème siècle, Adolph Wagner avait formulé une « loi économique » : les dépenses publiques occupent une proportion croissante du produit national. Une nation plus civilisée appelle un Etat plus dispendieux.

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris
Alexandria Book Library

Retour à la racine > Année 2013

En finir avec l’angélisme pénal
Dans cet ouvrage, Alain Laurent s’attaque avec maints arguments et beaucoup de talent au « judiciairement correct ». Une leçon de courage pour les lecteurs et un avertissement pour les politiques.
PDF Imprimer
Couverture du livre En finir avec l’angélisme pénal
Catégorie: Année 2013
Editeur: Les Belles Lettres
Année: 2013
Visites: 9054
Avis des utilisateurs:  / 2
MauvaisExcellent 
Commentaire
Ecrit par Bogdan Calinescu

Avec de solides arguments et beaucoup de talent Alain Laurent s’attaque au « judiciairement correct » qui suggère qu’il n’y pas de vrais criminels, il n’y a que des individus qui ont souffert du contexte, familial et sociologique, qui sont victimes de la société dans une  France qui ne les intègre pas et qui est globalement raciste. L’angélisme pénal condamne non pas les coupables, mais ceux qui veulent les condamner à des peines de prison. 

L’angélisme pénal condamne non pas les coupables mais ceux qui veulent les condamner à des peines de prison. Alain Laurent part d’un constat terrible. Toutes ces histoires dramatiques de récidive, lorsque des criminels dangereux se retrouvent complètement libres ne sont pas le résultat d’un « manque de moyens » ou de « dysfonctionnements » comme veulent nous le faire croire les politiques mais d’une ligne de politique pénale qui évite systématiquement la prison aux délinquants. En s’appuyant sur les fumisteries idéologiques de Michel Foucault et autres sociologues du CNRS, grassement subventionnés avec l’argent des contribuables, les décideurs veulent « désengorger les prisons » et remettent en liberté les criminels. En réalité, le taux d’incarcération en France est largement inférieur à celui de la Grande-Bretagne et de l’Allemagne. Au nom de la « réinsertion », mot magique tout droit sorti du chapeau enchanté de Harry Potter, les délinquants bénéficient de la clémence publique bien avant d’être condamnés. Ils savent d’ailleurs très bien, tout comme leurs avocats, qu’ils ne risquent pas grand-chose et que, de toute façon, ils ne feront jamais, ou très peu, de la prison ferme.

Entre le droit-de-l’hommisme et le néo-abolitionnisme carcéral, le système judiciaire n’en est plus un. A cela, il faut rajouter les « juges rouges » qui font non plus de l’instruction mais du social. Nous vivons l’époque de la « peur de punir », le célèbre « Il est interdit d’interdire » étant remplacé par le « Il et interdit de punir ». Mais pas pour tout le monde.

Dans une loi récente consacrée à la « lutte contre l’exil et la fraude fiscale », les socialistes ont introduit des peines allant jusqu’à 7 années d’emprisonnement et 2 millions d’euros d’amende ! Mais 2 % seulement de la population carcérale française est passible de plus de 5 années d’emprisonnement ! Pour les socialistes, un délinquant (ce qui reste à prouver..) fiscal est beaucoup plus dangereux qu’un vrai criminel.

Date d'insertion: Vendredi, 25 Octobre 2013 16:11

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres