Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Le chômage est un scandale doublement public. D’une part, il n’a pour origines que des initiatives publiques : politiques budgétaires, monétaires, droit social. D’autre part, il est scandaleux d’avoir tant de chômeurs alors que la science économique donne une réponse claire au défi du chômage . « On a tout essayé contre le chô-mage » disent les gouvernants. Tout, sauf ce qui marche… En 1996 déjà un colloque tenu à Paris par des économistes de renom mondial rappelait cette évidence.

109 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Les sentiments, bases de la société

Charles Fourier a inspiré Proudhon, mais Marx l’a méprisé. Marx l’économiste rejettera avec violence les « utopies » des Français, construites en ignorance totale des lois de l’économie. Il est vrai que Fourier part du principe qu’une société ne peut être harmonieuse que si elle rencontre les sentiments des individus.

 

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris
Erreur
  • JDispatcher::register: Event handler not recognized.
BANDE ANNONCE OU DISCOURS FONDATEUR ? PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 24 Septembre 2007 01:00
 Chantier

Le discours de notre Président mardi dernier sur « le nouveau contrat social », prolongé par son intervention le lendemain invitant les fonctionnaires à une « révolution culturelle » et par son interview télévisé jeudi soir, a appelé plusieurs lectures différentes. Quelle est la bonne ?

Je ne veux pas m’appesantir sur les commentaires des leaders syndicaux. Les extrémistes ont dit « niet » et préparent la contre-offensive, mais ils hésitent à organiser une grève générale de peur de ne pas être suivis et de rendre les réformes plus sympathiques. Les syndicalistes modérés ont déploré que des sujets si importants soient abordés « à la hussarde », et il est vrai qu’obtenir en quelques jours des réformes qui n’ont pas été réalisées en un demi-siècle est un défi assez sérieux.

Je suis intéressé en revanche par deux types de réactions : le scepticisme des uns, l’enthousiasme des autres.

Les sceptiques trouvent la musique assez belle, mais les paroles très verbales. Même si les thèmes et les mesures évoqués répliquent ceux de la campagne électorale, le Président n’a guère détaillé les dispositions concrètes qu’il demanderait de prendre au gouvernement et au parlement. Quelques évènements récents mettent en doute le réalisme du discours présidentiel : la grande loi sur l’autonomie des Universités a été vidée de tout contenu sous la pression de l’UNEF et des présidents d’université, la réduction du nombre de fonctionnaires a été à son tour réduite de moitié, le paquet fiscal a été considérablement allégé par rapport à ce que l’on attendait. D’autre part, on connaît l’inertie des administrations centrales, le rôle dominant qu’y jouent les grands corps de l’Etat et notamment l’inspection des Finances, et l’on se dit enfin qu’il est difficile d’innover quand on s’entoure de conseillers nourris de la pensée unique. Aux côtés de ces sceptiques de bonne foi, on trouve les sceptiques professionnels, ceux qui veulent absolument ramener le Président à un simple beau parleur, tel Jean Marc AYRAULD, président du groupe socialiste à l’Assemblée, qui évoque le goût de Nicolas SARKOZY pour les effets d’annonce.

Pour nous résumer : la bande annonce est attirante – c’est son rôle. Le film sera-t-il bon et quand va-t-il sortir ?

Les enthousiastes apprécient, comme Laurence PARISOT, un « discours fondateur », et saluent une « rupture sociale ». Il est vrai que, loin de renier ses engagements de candidat, le Président reprend avec force quelques-uns des principes d’une véritable « révolution culturelle ». Dans le domaine du contrat de travail d’abord, où les 35 heures verraient désormais leur sort confié à des négociations de branches ou d’entreprises, le contrat se substituant progressivement au règlement, et les salariés pouvant « monétiser » leurs RTT. Dans le domaine des retraites, où le libre choix de l’âge de la retraite et l’activité des retraités seraient désormais possibles. Dans le domaine des soins aux personnes dépendantes, où l’APA serait complétée par des assurances privées dont les cotisations seraient déduites des impôts. Dans le domaine des « régimes spéciaux », alignés sur les règles de la fonction publique. Enfin et non le moindre dans le domaine de cette même fonction publique, invitée à évoluer vers un allègement et un rapprochement avec les contrats de droit privé.
J’ai pensé à une comparaison qui vous paraîtra bizarre entre SARKOZY et GORBATCHEV. Non que notre Président veuille instaurer un régime tsariste, mais parce qu’il utilise un langage neuf et libre, une glasnost, qui familiarise le peuple avec des idées cachées depuis longtemps, de nature à préparer les esprits à des changements profonds, même si les changements n’interviennent pas. La perestroïka libérale serait-elle en marche ?

Après GORBTCHEV, ELTSINE et la libération de la Russie. Mais après ELTSINE à nouveau POUTINE : les structures de la vieille société n’ont pas été détruites, et la réaction anti-libérale est d’autant plus vive. Les corporations, les grands corps de l’Etat, les réseaux naguère en place, reprennent leur domination et asservissent à nouveau le peuple.

Si je reconnais ainsi les mérites de Nicolas SARKOZY, ce n’est pas pour lui nier toute authentique volonté d’innover. Mais il y a un fossé dangereux entre le volontarisme et le réalisme. La volonté de changement doit s’enraciner dans la réalité économique et sociale. Ici apparaît la contradiction entre la réalité mondiale, faite de concurrence, d’ouverture, de flexibilité et la réalité française qui a élimé le sens des responsabilités personnelles pour développer privilèges et parasitisme social. Je m’inquiète sincèrement quand je vois le Président protester de sa bonne foi et de sa volonté de réforme devant nos partenaires européens, mais demander en même temps que soit reconduite l’exception française, que soit prolongé le moratoire des déficits et de la dette publique, que soit admis le « patriotisme économique ».

Choisir, c’est renoncer. Si le Président choisit la réforme, il doit renoncer au discours corporatiste. Si le Président choisit la liberté, il doit renoncer à la facilité.

Annonce d’un choix ?

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres