Commandez

Catalogue de la Sefel l www.libres.org

A l’occasion du bicentenaire d’Alexis de Tocqueville et de la 28ème Université d’Eté de la Nouvelle Economie (2005), l’ALEPS plaide pour le retour de la société civile :
« Beaucoup de nos contemporains ne font plus confiance à la société politique pour surmonter la crise économique, sociale et morale qui frappe le pays. Alors, ne serait-il pas temps de se tourner vers la société civile ? Mais où est-elle ? Que fait-elle ? Que pourrait-elle faire ? » Et aujourd’hui ?
 

55 pages, gratuit

Bulletin de commande

 

Portait

Un nouveau monde de science et d’industrie

Saint Simon « le dernier des gentilshommes et le premier des socialistes » (se définissait-il modestement) partage l’idée d’Auguste Comte : avec le XIXème siècle le monde est entré dans une ère scientifique.

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris
Alexandria Book Library

Retour à la racine > Année 2013

Et si la France gagnait la bataille de la mondialisation
Il existe des livres qui valent grâce aux chiffres et statistiques qu’ils donnent. C’est le cas de celui-ci dont le grand mérite est de faire la lumière sur les impacts de la mondialisation en France.
PDF Imprimer
Couverture du livre Et si la France gagnait la bataille de la mondialisation
Catégorie: Année 2013
Editeur: Descartes & Cie
Année: 2013
Visites: 8319
Avis des utilisateurs:  / 0
MauvaisExcellent 
Commentaire
Ecrit par Bogdan Calinescu

Jean-Claude Beaujour est avocat et conseiller d’entreprises à l’international. Il voyage beaucoup et a pu constater de visu les grands changements mondiaux de ces 20-25 dernières années. Il fustige – à juste titre – l’incompréhension et l’inconscience des politiques (de gauche et de droite) qui n’ont pas vu l’avènement de la mondialisation. Ou bien ils ont essayé de s’y opposer par le protectionnisme ou autres réglementations qui n’ont fait que fragiliser encore plus l’économie française. Les Français, eux, en profitent. Le déferlement de produits à bas prix dans nos magasins fait leur bonheur. Aujourd’hui en moyenne 12 % de leur budget est consacré à l’achat de produits en provenance de l’étranger. Ces achats leur font économiser en moyenne environ 1 000 euros par an. De même, environ 20 % des biens et services produits dans l’Hexagone sont vendus ailleurs. Si l’on fermait les frontières, des milliers d’entreprises feraient faillite…

Pour l’auteur, la France pourrait profiter encore plus de la mondialisation. Nous sommes bien d’accord. Du puits Zaeydus découvert au large des côtes de la Guyane française (on estime à 2 Mds de barils de brut les réserves de ce puits) et jusqu’au toute petites entreprises qui ont trouvé des débouchés à l’étranger, la France a ses atouts. Mais n’a-t-elle pas été retenue dans son élan par notre fiscalité et nos réglementations ? La France exporte bien mais mal. Un gros déficit et des destinations toujours européennes : 62% du total des exportations. Entre 18 et 20% de notre PIB est exporté tous les ans ce qui représente environ 7 000 euros par Français. Parmi ces exportateurs, l’auteur déniche quelques entreprises complètement méconnues qui profitent parfaitement du libre-échange. Comme Astelia, une PME rennaise spécialisée dans les sondes téléphoniques et les logiciels (77% de la production va à l’étranger) ou bien Arche, un des derniers fabricants de chaussures de l’Hexagone, qui écoule 73% de sa production à l’exportation. M. Mélenchon et M. Montebourg devraient connaître ces PME. Ils devraient aussi savoir qu’on estime à 4 millions de personnes le nombre de ceux qui travaillent en France pour l’exportation.

Nos politiques donneurs de leçon devraient aussi savoir que la mondialisation enrichit les pays pauvres. La classe moyenne de l’Inde compte actuellement plus de 300 millions de personnes et elle gonfle tous les ans de 10%. Le salaire minimum en Chine a fait un bond de 70% depuis 2008. Et les Indiens et les Chinois investissent de plus en plus au-delà de leurs frontières, y compris en France.

On ne partage pas toutes les propositions de l’auteur pour améliorer la compétitivité française. Il fait trop confiance aux acteurs publics pour cela. Mieux vaudrait libérer l’initiative et l’innovation par une bien moindre interférence étatique. Ce sont les entrepreneurs qui savent le mieux comment s’adapter à la mondialisation.

Date d'insertion: Vendredi, 24 Mai 2013 12:25

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres