Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Ce livret destiné à des militants libéraux avait deux objectifs : d’une part, rappeler le contenu du contrat que des candidats libéraux devraient passer avec les électeurs, d’autre part, imaginer deux scénarios de l’alternance : la gauche reconduite en 2002 et en 2007, mais devenue libérale, ou la droite au pouvoir en 2002 et pour longtemps. En fait, la droite a gagné en 2002, mais le scénario « Thatcher » n’a jamais fonctionné, et la gauche reprend le pouvoir en 2012 !

21 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Pourquoi la croissance de l’Etat ?

Au début du 20ème siècle, Adolph Wagner avait formulé une « loi économique » : les dépenses publiques occupent une proportion croissante du produit national. Une nation plus civilisée appelle un Etat plus dispendieux.

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris
Erreur
  • JDispatcher::register: Event handler not recognized.
L’économie collaborative PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Mardi, 07 Février 2017 00:00

Déclin ou renaissance de l’économie de marché ?

 

Luc Ferry, philosophe qui fut ministre de l’Education Nationale, a récemment donné une communication sur l’économie collaborative, qu’il définit avec précision et qu’il commente avec lucidité. L’économie collaborative, c’est celle d’Uber, d’Airbnb, de Blablacar : elle se développe de façon spectaculaire dans nombre d’activités de service. Pour Luc Ferry, elle a trois caractéristiques : c’est une transaction de particulier à particulier, aucun professionnel n’intervient, et le numérique rend sa pratique très simple et efficace grâce au « big data ». Elle est donc assez différente des habituelles relations marchandes : les transactions sont personnalisées, les intermédiaires professionnels (agents immobiliers, hôteliers, taxis) sont court-circuités. Mais au passage elle lèse plusieurs catégories de personnes : le fisc ne peut taxer les revenus qui en découlent, ni percevoir les taxes habituellement prévues sur les transactions, les charges sociales sont évitées, la réglementation est oubliée, et surtout les professionnels sont exposés à une concurrence déloyale, puisque de leur côté ils sont obligés de tout déclarer, tout payer, tout respecter.

S’agit-il d’une logique contraire à celle du marché ? Luc Ferry, à juste titre, soutient que l’on est au contraire en présence d’un retour aux sources et d’une libération de l’économie marchande : c’est le contrat privé, le consentement mutuel qui reprend ses droits sur le mode économique actuel empêtré dans les délais, la fiscalité, les retards, la réglementation. Il ne cache pas qu’il serait bon d’encadrer par de nouvelles règles cette économie collaborative, mais qui les édictera et qui contrôlera leur application ?

Nous assortissons sa conclusion de deux commentaires. D’une part depuis Adam Smith on sait que la richesse naît quand l’espace d’échange s’élargit, et cette économie ignore les frontières naturelles et politiques, il s’agit d’une mondialisation qui se déjoue des Etats, des décrets Trump et autres. D’autre part cette économie est en réaction contre les abus et erreurs étatiques, contre le « capitalisme de connivence » fait de la collusion entre milieux d’affaires et classe politique. Enfin, les règles naîtront de la pratique. Par exemple, les particuliers se réfèrent déjà à des réseaux capables de juger de la qualité d’une information sur tel appartement, tel véhicule, ces particuliers peuvent aussi créer entre eux les mêmes réseaux (au sein d’une famille, d’un groupe d’amis, d’un club, etc.). La créativité humaine est mobilisée et s’exprime efficacement quand un climat de liberté et de concurrence s’établit. D’ailleurs on peut dire que les monnaies privées aujourd’hui en circulation appartiennent à la logique de l’économie collaborative. L’important c’est le libre échange et la propriété privée.

 

 
More Articles :

» Brésil : faut-il s’inquiéter?

La crise politique du Brésil aura-t-elle un impact économique important ? Les successeurs de Dilma Rousseff sont mal placés à tous points de vue. Or, le Brésil a un poids non négligeable dans la croissance mondiale, et l’anarchie...

» PROFESSIONS REGLEMENTEES : LA PEUR DE LA CONCURRENCE

Une nouvelle fois, la question de l’ouverture à la concurrence des professions réglementées est sur la table. Le gouvernement annonce des mesures dans les semaines qui viennent, mais déjà les professions sont vent debout contre toute...

» L’ECONOMIE COLLABORATIVE : SUBVERSIVE, ARCHAIQUE OU LIBERALE ?

L’économie collaborative, objet économique non identifié. L’expression recouvre des réalités diverses, du covoiturage à la finance participative en passant par l’échange de services grâce à Internet. Pour certains, c’est un...

» Olympiades : à quoi joue-t-on ?

Jeux sportifs ou jeux politiques ?

» Connaissance de l’économie : conclusion

L’illettrisme économique des Français est un handicap qui nous coûte cher : cher en chômage et en compétitivité, cher en dépenses et en dettes publiques, cher en paix sociale, cher en espoirs de promotion et d’épanouissement personnel....

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres