Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Publication trimestrielle depuis plus de 40 ans, le Bulletin rend compte de la vie de l’ALEPS mais il propose aussi dans chacun de ses numéros plusieurs études de ses administrateurs, dont Fred Aftalion, Axel Arnoux, Jacqueline Balestier, Jean Philippe Feldmann, Georges Lane, Bertrand Lemennicier, Pascal Salin, Patrick Simon.

50 pages, Abonnement  annuel : 50€,  numéros anciens 5€ suivant disponibilité

Bulletin d'abonnement

Portait

Un nouveau monde de science et d’industrie

Saint Simon « le dernier des gentilshommes et le premier des socialistes » (se définissait-il modestement) partage l’idée d’Auguste Comte : avec le XIXème siècle le monde est entré dans une ère scientifique.

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris
Fidel et François : la conversion des fils de Jésuites PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 22 Septembre 2015 00:00

Qui aura converti qui, et de quoi ?

 

 

La rencontre d’un Saint Père avec le « leader massimo » n’est pas extraordinaire : Jean Paul II et Benoît XVI avaient fait le voyage à La Havane, ils ne sont pas passés pour autant pour des « papes communistes ». Le Vatican œuvre en permanence pour la paix dans le monde, préalable à une compréhension entre les peuples et à la construction d’une « civilisation de l’amour ». Depuis Paul VI et surtout Jean XXIII, le dialogue et la miséricorde sont les lignes directrices de la diplomatie vaticane.

Les choses sont-elles différentes avec le Pape François ? Oui et non.  Non dans la mesure où la paix entre Cuba et les Etats-Unis est un chantier ancien, même s’il a beaucoup avancé avec Obama qui a bouleversé la diplomatie américaine, jusqu’à la désorienter. Non encore, parce que les « nouveaux papes » (depuis Paul VI) se sont fait un devoir d’aller réconforter les Catholiques dans les pays où ils souffraient.

Oui, parce que le Pape François est le premier pontife sud-américain, porteur des douleurs et des espoirs de ses congénères. Si Benoît XVI en particulier n’avait pas de sympathie pour la théologie de la libération qui a hanté l’esprit du clergé latino-américain, François professe une « théologie du peuple » proche de la précédente, le populisme politique et la corruption vécus par l’Argentine, le Brésil, le Venezuela, Cuba et les autres se transpose au niveau religieux : l’Eglise et l’Evangile au service des peuples, des pauvres. Oui encore, parce que François se veut et se dit révolutionnaire comme le leader du marxisme en Amérique Latine.

Concrètement : la liberté va-t-elle  renaître à Cuba, les droits de l’homme vont-ils être enfin respectés ? Rien n’a transpiré sur ce sujet, sinon qu’il a sans doute été abordé dans l’entretien privé des deux hommes. Les Etats-Unis vont-ils cessés d’être tenus pour sataniques, adorateurs de Mammon ? Si l’on en croit Edouard Tétreau, qui se prévaut d’avoir préparé et accompagné le voyage du Pape à Cuba, il s’agit pour les deux hommes de se retrouver « au-delà du mur de l’argent » (titre de son ouvrage paru cette semaine), un mur « dressé par la finance et les nouvelles technologies ». Un mur sans doute plus inhumain que celui de Berlin !

 
More Articles :

» En France la justice est expéditive depuis deux siècles

La Constitution de la 5ème République et l’ENM ont aggravé la situation

» Parole légère et infondée

Ainsi notre ministre de l’Education Nationale juge-t-elle les propos du Pape

» Mère Theresa

La charité pratiquée comme sainte mission

» François et Hollande

La visite du Président au Souverain Pontife semble très électorale

» Analyse économique de la prohibition

La consommation de drogue peut-elle être freinée par la prohibition ?

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres