Commandez

Jacques Garello l www.libres.org

Lettre ouverte aux retraités actuels et futurs, cet opuscule est un véritable condensé de tout ce que Jacques Garello a écrit sur le sujet. A lire absolument si vous vous interrogez sur le futur du système des retraites par répartition.

130 pages, 12€

Bulletin de commande

Portait

Un nouveau monde de science et d’industrie

Saint Simon « le dernier des gentilshommes et le premier des socialistes » (se définissait-il modestement) partage l’idée d’Auguste Comte : avec le XIXème siècle le monde est entré dans une ère scientifique.

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris
Erreur
  • JDispatcher::register: Event handler not recognized.
Fonction publique : touchez pas au grisbi PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 22 Septembre 2015 00:00

Le service public exige l’emploi à vie, précise Manuel Valls

 

 

C’est évident : le postier, l’aide soignante, le percepteur, le cheminot, la secrétaire, le cantonnier, le douanier se sont investis pour la vie dans leur mission de service public et ne peuvent s’en évader sans faire courir de graves risques aux citoyens : courrier en retard, absentéisme hospitalier, erreurs dans les avis d’imposition, trains immobilisés, etc.. Toutes choses impensables aujourd’hui. Ajoutons que le personnel de certains services « privatisés » depuis quelques années ont gardé le statut de fonctionnaires : électriciens gaziers, employés de France Télécom, et…postiers.

Fort heureusement Manuel Valls a réparé la bourde d’Emmanuel Macron. François Hollande n’a même pas pris la peine de donner la moindre explication, il a balayé d’un revers de main tout changement : c’est lui qui se charge de recoller les morceaux avec la gauche de son électorat. Mais le Premier Ministre a tenu un langage d’une pertinence remarquable. Il nous a invité à réfléchir à ce qu’est un service public et aux particularités qui le caractérisent.

Le concept de service public, inventé par les publicistes de Bordeaux (Hauriou, Duguit, Jèze) s’accompagnait de trois caractéristiques vertueuses : gratuité, continuité, égalité. Gratuité : on sait que le train et le courrier sont gratuits, que police et justice ne coûtent rien à leur clientèle. Continuité : leur statut interdit aux fonctionnaires de se mettre en grève, ils assurent en tout cas un service minimum, comme on le sait. Les grèves des enseignants, des cheminots appartiennent à un passé révolu. Egalité : s’il y a des zones de non droit, si certaines communes voient disparaître leur école, leur poste ou leur maternité, ce n’est que pour améliorer la qualité des services.

Si on peut admettre que l’on est militaire, policier, ou magistrat par vocation (ce n’est pas toujours le cas), si l’on estime que la guerre ne peut être faite que par des soldats, la justice ne peut être rendue que par des juges professionnels, bref si le statut peut se légitimer pour ceux qui assument les fonctions régaliennes, on comprend mal qu’un tiers de la population adulte bénéficie du statut.

Car loin d’être  une nécessité, le statut est un privilège. Privilège jadis accordé en contrepartie d’une situation précaire, salaires inférieurs et résidence imposée. Mais privilège choquant quand les salaires sont confortables, les retraites plus avantageuses, et l’emploi garanti à vie. Certes le respect dû aux maîtres et aux forces de l’ordre a disparu, mais la France demeure un pays où il fait bon être fonctionnaire. Les autres Français paient chèrement le prix des privilèges car comme le  disait Clémenceau, « semez des fonctionnaires, il pousse des impôts ».

 
More Articles :

» L’Ecole de la République

Il faudrait en finir avec le mythe de l’Ecole de la République et penser sérieusement à l’Ecole des Parents. Le rapport de la Cour des Comptes publié la semaine dernière met en accusation l’Education Nationale et l’incurie dans sa...

» Fin des privilèges des cheminots

Dans son programme Emmanuel Macron avait annoncé une disparition des régimes spéciaux de retraites. Mais il a ensuite précisé que c’est en 2018 seulement qu’il ouvrira ce dossier explosif. Alors pourquoi avoir évoqué hier le privilège...

» Victoires de la musique et de la culture d’Etat

Renaud, Lang, Hamon : ces « Victoires » ont rendu hommage à l’art socialiste

» Le monde change…

La percée spectaculaire de Benoît Hamon tient à l’idée de revenu universel. L’argument qui soutient cette proposition infantile semble solide : c’est la fin du travail. La révolution numérique nous conduirait à l’ubérisation, à la...

» Le socialisme se porte bien

Le Parti Socialiste se porte mal, c’est vrai. Les divisions internes, le désintérêt pour les primaires jusqu’ici, la victoire des frondeurs, la fronde de Macron : les commentateurs ont à juste titre conclu à la mort du PS fondé par...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres