Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Etes-vous adeptes et satisfaits de la pensée unique ? Ces portraits montrent l’extrême richesse de l’histoire de la pensée économique, d’Adam Smith à nos jours. Ils vous font découvrir les permanences (les problèmes économiques) et les oppositions (les doctrines économiques).
Dépenses publiques et impôts d’un côté, ou libre échange et libre entreprise de l’autre : ce débat actuel s’est noué avec Say et Malthus, se poursuivant entre Bastiat et Marx, puis aux 20ème siècle par Keynes et Hayek – par exemple.

48 pages, 22 portraits, 5€

Bulletin de commande

Portait

Le père des néo-classiques

Après la « révolution marginaliste » qui avait pris des allures fort différentes dans les œuvres de Jevons, Walras et Menger, il fallait sans doute le talent pédagogique d’Alfred Marshall pour proposer un schéma d’exposition simple des principes de la science économique.

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris
Le logement social contre la mixité sociale PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 11 Mars 2015 00:00

Valls revient au traitement marxiste de la cohésion sociale

 

On a beau chercher à se donner une étiquette de social démocrate ou de démocrate libéral, on n’en reste pas moins un homme de gauche acquis au collectivisme marxiste – et il y a tout intérêt à le prouver à la veille des élections cantonales. Vendredi dernier, le discours du Premier Ministre sur la mixité sociale fleurait bon la « société sans classe ».

Pour Valls et ceux de sa famille, intégrant bien sûr les Verts, il faut hâter un audacieux programme de logements « sociaux » de nature à mélanger les Français de toutes conditions, races et religions. Les lois SRU du camarade Gayssot en 2000 et ALUR de la prêtresse Duflot en 2015 ouvraient la voie de la collectivisation de la vie municipale. Valls ira plus loin.

Désormais, dans toutes les communes de plus de 3.500 habitants qui n’auront pas atteint leur quota de 25 % de logements sociaux, non seulement les pénalités financières prévues seront appliquées avec la plus extrême rigueur, mais le Préfet disposera de pouvoirs qui sont autant d’attaques et à la propriété privée et à l’autonomie locale. Il pourra délivrer lui-même des permis de construire, il pourra faire bâtir dans des zones jusque là protégées, il disposera d’un droit de préemption. La solution est donc dans la mise en place de quartiers où seront regroupés des Français qui jusqu’ici vivaient séparés en communautés. Désormais plus de ghettos, des camps de concentration.

Cette solution est inadmissible et scandaleuse. Mais elle est inspirée par une analyse stupide et mensongère suivant laquelle le logement « social » serait un facteur de cohésion sociale, alors même qu’il contribue non seulement à la crise du logement mais aussi à la ségrégation et aux espaces de non-droit. En 2012, une étude de l’IREF (menée à l’initiative de l’UNPI (Union Nationale de la Propriété Immobilière) par Jacques Garello et Nicolas Lecaussin « La vérité sur le logement social ») mettait en évidence des vérités qu’ignore la pensée unique :

1° Les ménages aux revenus les plus faibles sont logés pour 60 % d’entre eux dans le parc privé, parce qu’ils n’ont pas accès aux HLM.

2° Les HLM ne les accueillent pas pour trois raisons :

-         il y a des villes et des régions où il y a pléthore de HLM vacants alors qu’il y a pénurie ailleurs, ce qui montre l’intelligence de la politique du logement ;

-         les HLM sont devenues inhabitables, par défaut d’entretien (c’est le sort de toute propriété collective), ou par volonté des occupants actuels d’exclure de nouveaux arrivants « exogènes », dérangeant leurs mœurs, et commerces ;

-         les HLM sont occupées par des gens qui sont au-dessus du plafond de ressources (4.000 euros) : cela représente 370.000 familles (dont 53.000 ont un revenu mensuel supérieur à 11.200 euros).

3° L’attribution des HLM est influencée par les interventions politiques, elle crée une clientèle fidèle pour les municipalités.

4° Le financement du logement social se fait essentiellement par dérivation forcée de l’épargne nationale, les dépôts sur les livrets A étant totalement (Caisses d’Epargne) ou partiellement (banques) orientés vers la Caisse des Dépôts et Consignations à des conditions de taux et de durée que ne peuvent atteindre les investisseurs privés. La conséquence est un surcoût de la construction sociale et un blocage de l’investissement locatif privé.

5° Les HLM échappent à toutes les contraintes administratives auxquelles sont confrontés les investisseurs privés (plans d’urbanisme, zonage, instruction des permis, etc.).

Si l’on veut faire du logement un facteur de brassage social, il vaut mieux emprunter la voie de la propriété privée. La privatisation des HLM en Angleterre ou aux Pays Bas a transformé des bâtiments inconfortables et dégradés en immeubles entourés de tous les soins par leurs occupants désormais propriétaires.

Quant à la cohésion sociale, elle n’est pas seulement affaire de logement. Elle implique aussi :

1° Une scolarité de qualité, grâce à une libre concurrence entre établissements de tous genres, alors que les enfants sont aujourd’hui livrés à un monopole public ivre de laïcité et de syndicalisme.

2° Une intégration par l’emploi, ce qui est impossible dans un pays où les chômeurs se multiplient, grâce aux contraintes fiscales, sociales et réglementaires qui pèsent sur les entreprises, et grâce au traitement « social » du chômage. L’économiste Thomas Sowell, lui-même issu de Harlem, a bien expliqué le miracle de la cohabitation entre ethnies aux Etats Unis : le travail, source de relations personnelles et de promotion sociale.

 
More Articles :

» Ce budget n’est ni réformateur ni libéral

Où est la réforme budgétaire promise et magnifiée aujourd’hui par les nouveaux dirigeants ?  Les dépenses n’ont pas diminué, les impôts n’ont pas vraiment baisse, et quantité d’innovations sont utopiques ou arbitraires. Un budget...

» Les cinq sous de l’APL

L’APL est un feuilleton dont chaque épisode maintenant quotidien nous régale. Mais évidemment cette grande réforme n’affecte ni les causes du déséquilibre budgétaire ni les facteurs de la crise du logement et des loyers …

» Le marché de l’immobilier en 2017

Le marché de l’immobilier a connu un dynamisme sans précédent en 2016. Est-ce un signe de reprise économique, une promesse de croissance ? La crise du logement est-elle en voie de solution et va-t-elle s’atténuer en 2017 ? Ces questions...

» Vote libéral : c’est difficile

J’ai écrit mon livre « Le Vote Libéral » avec deux intentions bien claires : affirmer que l’heure libérale approchait dans notre pays, expliquer qu’on peut presser le pas libéral en tirant parti et des primaires et des...

» Main basse sur l’épargne des Français

Les récentes dispositions concernant l’APL (aide personnelle au logement) marquent la détermination de Bercy de détruire l’épargne des Français : avoir un livret A trop garni fera perdre le bénéfice de l’APL. Il y a certes beaucoup à...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres