Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Etes-vous adeptes et satisfaits de la pensée unique ? Ces portraits montrent l’extrême richesse de l’histoire de la pensée économique, d’Adam Smith à nos jours. Ils vous font découvrir les permanences (les problèmes économiques) et les oppositions (les doctrines économiques).
Dépenses publiques et impôts d’un côté, ou libre échange et libre entreprise de l’autre : ce débat actuel s’est noué avec Say et Malthus, se poursuivant entre Bastiat et Marx, puis aux 20ème siècle par Keynes et Hayek – par exemple.

48 pages, 22 portraits, 5€

Bulletin de commande

Portait

La crise est inéluctable

A la différence d’Adam Smith et Turgot qui pensaient que l’activité économique apporte le progrès en permanence, grâce à des adaptations permanentes voulues par le marché, Malthus estime que la crise est inéluctable dans un pays industrialisé.

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris
La France a trop de chômeurs, et trop d’emplois à offrir PDF Imprimer Envoyer
Écrit par La rédaction   
Mercredi, 09 Octobre 2013 00:00

450.000 emplois ne sont pas pourvus. La formation est-elle seule en cause ?

 

Près de 100.000 emplois dans l’hôtellerie et la restauration, 60.000 dans la construction, 40.000 dans l’informatique, près de 100.000 dans les industries métallurgiques et peut-être plus de 200.000 dans les services de santé. Il manque 10.000 boulangers et 4.000 bouchers. Pas de chaudronniers, ni de soudeurs, ni d’usineurs.

Ces chiffres sont des approximations, d’ailleurs le Conseil d’Orientation de l’Emploi, qui vient de publier son rapport annuel, donne une fourchette très large, comprise entre 400.000 et 800.000 emplois « non pourvus », un concept lui-même imprécis parce que les seuls emplois dont on peut assurer que les employeurs y ont renoncé sont ceux pour lesquels l’offre a été retirée des listes de Pole Emploi, Ce qui est incontestable, c’est que le manque de candidats s’accentue d’année en année. 30% des recruteurs déclaraient en 2009 ne pas avoir de candidats qualifiés pour les emplois offerts, ils sont aujourd’hui 47%.

La première explication vient des lacunes du système de formation professionnelle. L’apprentissage et les écoles d’application font cruellement défaut en France alors que c’est une des bases des performances allemandes. Mais peut-on changer quelque chose à « l’école de la République ? ».

En fait, si l’offre de formation est insuffisante, en quantité et en qualité, la demande est également faible. Les jeunes répugnent à abandonner ou prolonger leur scolarité pour entrer dans un cycle de formation professionnelle. On peut craindre que les mesures envisagées par François Hollande soient considérées par les jeunes chômeurs comme des droits sociaux, acquis sans peine. Si beaucoup de jeunes sont angoissés par le premier emploi, d’autres prennent leur temps et ne recherchent que dans la branche où ils ont été (mal) formés. Peut-on leur en vouloir ? Ils sont à l’image de la nation française, qui a fait du travail une occupation mineure, un sentiment qui ne manque pas d’éclore dans un pays où l’assistanat est la meilleure façon de vivre, au moins un certain temps, et où un pouvoir d’achat est garanti, notamment avec un SMIC qui écarte du marché du travail ceux qui ne sont pas formés. En Allemagne, il n’y a pas de SMIC, et moins de jeunes au chômage car ils ont fait le choix d’un métier et ils en sont fiers. La France gaspille son capital humain.

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres