Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Si le libéralisme n’est pas assez attractif dans notre pays, c’est qu’il n’est pas connu. Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé.
Ce livret rétablit la vérité : non le libéralisme n’est pas la loi du plus fort, non la propriété n’est pas le vol, non l’intérêt personnel n’est pas l’égoïsme, non l’inégalité n’est pas l’injustice, etc. Au contraire, le libéralisme a une dimension éthique : c’est une doctrine de la dignité de la personne humaine et de l’harmonie sociale.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

Innovation et destruction créatrice

C’est certainement au titre de sa théorie de l’innovation et de la destruction créatrice que Schumpeter est le plus connu. Il a le mérite de replacer au cœur de l’économie le personnage de l’entrepreneur, totalement oublié depuis Jean Baptiste Say.

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris
Source de tous les malheurs, l’Allemagne paiera PDF Imprimer Envoyer
Écrit par La rédaction   
Mercredi, 08 Mai 2013 00:00

Malheur aux vainqueurs : offensive anti-allemande en France et en Europe

 

Non contents de leurs succès économiques, les Allemands ont eu l’impudeur de battre les Espagnols, et la finale de la Ligue Européenne de football opposera Munich à Dusseldorf : quelle honte ! Quelle honte aussi d’afficher une croissance au-dessus de la moyenne de l’Euroland, et un chômage en dessous. Quelle honte enfin d’avoir voté un budget en équilibre, voire en excédent.

En France, on s’est donc fait un plaisir d’attaquer personnellement la « chancelière de l’austérité », avec son « intransigeance égoïste » (comme il est dit dans une déclaration du PS). Attaque inélégante sans doute, mais surtout stupide, comme si tous les malheurs endurés par les Français étaient dus à la politique que l’Allemagne imposerait à l’Europe. Or, cette « austérité » n’est que celle qui est inscrite dans les normes de Maastricht, auxquelles tous les pays de l’Union devraient se conformer. Quant aux malheurs de la France, ils viennent du refus des réformes structurelles, alors que les Allemands ont eu le courage de remettre en cause une série de mauvaises habitudes accumulées depuis des décennies. Ils ont rompu avec les rigidités du marché du travail, avec les excès de la fiscalité – notamment sur les entreprises – et avec la part de l’Etat dans l’économie – en pratiquant de nombreuses privatisations.

Hélas, l’offensive anti-allemande ne se limite pas aux idéologues du PS. Le débat anti/pro austérité n’a jamais été vraiment tranché au sein même de l’opposition UMP. Quant à Marine Le Pen, elle a tenu un discours anti-austérité, anti-Berlin, anti-Bruxelles et anti-mondialisation. L’Allemagne ne serait-elle pas en train de vouloir dominer l’Europe, comme dans les années 1930 ? François Hollande lui-même, bien qu’ayant désavoué ses amis socialistes (après Jean Marc Ayrault, germanophile par métier), cherche toujours à susciter une coalition européenne anti-Merkel, notamment en s’alliant avec le nouveau Premier Ministre italien Enrico Letta, qui a eu cette réflexion déroutante : « ce qui est bon pour l’Italie est certainement bon pour l’Allemagne ». En d’autres termes, que les Allemands s’alignent sur les Italiens et tournent la page de l’austérité pour ouvrir celle de la relance ! Les Européens du Sud voudraient-ils s’inviter dans la prochaine campagne des élections générales outre-Rhin ? Peine perdue : non seulement les Allemands sont lassés de payer pour les Italiens et les autres, mais ils sont de plus en plus nombreux à vouloir quitter l’Euroland…

 
More Articles :

» L’économie française aux couleurs de l’Elysée

« L’économie française retrouve des couleurs » : titre des deux pages que le Figaro de mercredi dernier consacrait à la conjoncture, assorties de deux photos géantes du Président et de son Premier Ministre. Même enthousiasme à la une...

» Avis de gros temps pour les cliniques privées

Leur survie est en jeu, alors que leurs prestations sont remarquables

» Le G 20 a perdu toute crédibilité

Il était déjà peu crédible aux yeux d’un grand nombre d’économistes – ceux en tous cas qui se refusent à accepter la farce keynésienne. Mais après les deux journées de rencontre à Shanghai, vendredi et samedi derniers, cette réunion...

» « 2005 : l’année de la reprise »

C’est la déclaration solennelle et joyeuse de Michel Sapin, notre ministre des Finances. Elle était en commentaire des résultats officiels communiqués par l’INSEE : 1,1 % de croissance sur l’ensemble de l’année 2015. Les optimistes ont...

» Budget 2016 : l’envol des milliards

Arrosage électoral oblige : les promesses d’intervention de l’Etat – toujours bénéfiques – se multiplient, et c’est à se demander ce que sera le déficit du budget français. L’exemple le plus spectaculaire est évidemment le...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres