Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Etes-vous adeptes et satisfaits de la pensée unique ? Ces portraits montrent l’extrême richesse de l’histoire de la pensée économique, d’Adam Smith à nos jours. Ils vous font découvrir les permanences (les problèmes économiques) et les oppositions (les doctrines économiques).
Dépenses publiques et impôts d’un côté, ou libre échange et libre entreprise de l’autre : ce débat actuel s’est noué avec Say et Malthus, se poursuivant entre Bastiat et Marx, puis aux 20ème siècle par Keynes et Hayek – par exemple.

48 pages, 22 portraits, 5€

Bulletin de commande

Portait

La propriété c’est le vol

« Il ne se dit pas en un siècle une formule aussi éblouissante. Je la tiens pour un trésor plus grand que toute la fortune des Rothschild ».

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris
Erreur
  • JDispatcher::register: Event handler not recognized.
Le bas de laine est troué PDF Imprimer Envoyer
Écrit par La rédaction   
Jeudi, 02 Mai 2013 00:00

L’épargne française sacrifiée par le gouvernement, qui débloque

Les Français ont du mal à joindre les deux bouts ? Qu’à cela ne tienne : le gouvernement les autorise à casser la tirelire de leurs réserves de participation. La participation a été instituée en 1962 et, depuis cette époque, les salariés des entreprises (de plus de 50 salariés) ont droit à une participation aux bénéfices pour constituer une réserve d’épargne qu’ils doivent en principe laisser au moins cinq ans entre les mains de leur employeur, en exonération d’impôts sur le revenu et de cotisations sociales. Certains évènements pouvaient raccourcir ce délai de cinq ans : achat d’un logement, mariage, départ à la retraite, etc. La cagnotte dont bénéficient 4 millions et demi de salariés est aujourd’hui de 7 milliards d’euros. Au début de ce mois, le gouvernement a autorisé le déblocage de 20.000 euros par période de 6 mois, sans incidence fiscale. Le message est clair : l’épargne n’est pas une bonne chose quand on est en difficulté ! Même message déjà adressé par Nicolas Sarkozy (alors ministre des Finances) en 2004.

Parallèlement, la rémunération du livret A va sans doute baisser cet été d’un demi-point, passant de 1,75 à 1,5 %. On sait que les sommes récoltées par les Caisses d’Epargne (totalement) et les banques (partiellement) sont reversées à la Caisse des Dépôts et Consignations, qui va financer des équipements publics mais aussi sauver des canards boiteux comme Dexia (la banque qui a prêté aux communes insolvables), France Télécom, Véolia et autres fleurons de l’économie mixte. Non seulement les épargnants sont piégés, mais leur épargne s’envole en fumée. Rappelons-le : la CDC brasse quelque 300 milliards d’euros et a perdu 468 millions l’an dernier. C’est « l’euthanasie du rentier » (Keynes).

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres