Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

La route de la servitude

En décembre 1943 Hayek écrit à Londres un ouvrage qui porte ce titre. En 1945, ce livre lui vaudra la célébrité :

Lire la suite...
liberté | responsabilité, Developpement Omnis Coloris

L'Abécédaire...

Il y a 333 entrées dans ce glossaire.
Chercher des termes du glossaire (expression régulière autorisée)
Commence par Contient Terme exact
Tout A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V
Terme Définition
COURBE DE PHILLIPS

L'analyse empirique d'A.W. PHILLIPS (1958) avait semblé montrer l'existence en Grande-Bretagne de 1861 à 1957 d'une relation inverse entre le taux de chômage d'une part, et la hausse des salaires nominaux, d'autre part; comme la hausse des salaires nominaux est sensiblement calquée sur la hausse des prix, la courbe de Phillips a été souvent présentée comme une relation inverse entre chômage et inflation: plus de chômage quand il y a moins d'inflation, ou le contraire. Chaque point représente une année particulière, et indique, pour cette année, quels ont été les deux taux considérés. La courbe de PHILLIPS est la courbe d'ajustement de tous ces points. On observe que ce sont les années où le taux de hausse des salaires nominaux a été plus élevé que le taux de chômage a été le plus faible.

COMMENTAIRE Glissement et inversion de la courbe de PHILLIPS. Au fil des années la courbe de PHILLIPS (1) glisse vers la droite (2) puis prend même un sens inverse (3). Cela signifie qu 'il faut "payer" plus cher en inflation pour maîtriser le chômage, puisque le chômage ne peut plus être diminué par l'inflation, mais augmente avec elle. Certains ont tiré de cette étude des conclusions extrêmes : d'une part, ils ont voulu généraliser cette observation dans le temps et dans l'espace et établir une loi immuable de relation inverse entre prix et emploi, d'autre part, ils ont voulu y trouver un moyen de lutte contre le chômage; ils ont interprété la relation de PHILLIPS en faisant de l'inflation le remède miracle contre le chômage. Malheureusement, cette double erreur a inspiré, en pratique, de nombreuses politiques économiques, en particulier des politiques de plein emploi (ou politiques de relance) visant à créer du pouvoir d'achat (notamment par des dépenses publiques nouvelles entraînant un déficit budgétaire) dans le but de "relancer" l'activité. Non seulement ces politiques se sont révélées illusoires, mais elles ont eu l'effet inverse : à terme, un niveau d'inflation plus élevé amène, en fait, un chômage plus important. C'est ce que l'on constate depuis 1973 avec la "stagflation" (inflation plus stagnation). Cette conjoncture équivaut à un déplacement vers la droite ou à une inversion de la courbe de PHILLIPS, puisque des hausses de prix très fortes s'accompagnent désormais de chômage élevé. Il en est ainsi parce que la succession des relances conjoncturelles par le moyen artificiel de l'inflation fait perdre à l'économie ses réflexes d'adaptation en économie ouverte. Cette perte nationale de compétitivité se traduit par l'élimination de nombreux marchés, déclenchant directement ou indirectement du chômage. L'erreur d'analyse des partisans de la courbe de PHILLIPS vient d'une confusion entre les conséquences à court et long terme d'une relance. FRIEDMAN et PHELPS ont montré qu'une relance non anticipée par les agents économiques, pouvait, à court terme, en raison d'une mauvaise appréciation de la nouvelle inflation, faire quelque peu diminuer le chômage. Mais, très rapidement les anticipations s'ajustent, le caractère artificiel de la relance apparaît, et l'on retourne au taux de chômage initial (ou taux de chômage naturel) : les effets de la relance disparaissent et il restera seulement un taux plus élevé d'inflation. Ainsi, on aura eu l'illusion d'une courbe de PHILLIPS à court terme, mais le résultat final sera seulement un peu plus d'inflation et au moins autant de chômage.

Glossary 2.7 uses technologies including PHP and SQL

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres