Commandez

Catalogue de la Sefel l www.libres.org

A l’occasion du bicentenaire d’Alexis de Tocqueville et de la 28ème Université d’Eté de la Nouvelle Economie (2005), l’ALEPS plaide pour le retour de la société civile :
« Beaucoup de nos contemporains ne font plus confiance à la société politique pour surmonter la crise économique, sociale et morale qui frappe le pays. Alors, ne serait-il pas temps de se tourner vers la société civile ? Mais où est-elle ? Que fait-elle ? Que pourrait-elle faire ? » Et aujourd’hui ?
 

55 pages, gratuit

Bulletin de commande

 

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
JEAN BODIN (1529 - 1596) PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Vendredi, 14 Octobre 2011 01:00

La souveraineté, source du droit

Parce que Jean Bodin est l’un des premiers théoriciens de l’absolutisme politique, on en fait parfois un disciple ou un prolongement de Machiavel. Rien n’est plus erroné, voire injuste : tandis que Machiavel ne s’encombre d’aucun scrupule, d’aucun principe pour justifier tous les moyens qu’emploie le Prince pour conquérir et exercer le pouvoir, Jean Bodin place toute son œuvre dans la perspective du droit.

La souveraineté a pour signification qu’il ne saurait y avoir plusieurs sources du droit dans le royaume. C’est le roi qui fait et change les lois. De la même façon que les eaux ruissellent du faîte du toit, toute règle sociale découle du pouvoir.

La souveraineté est nationale

Jean Bodin reconnaît le pouvoir absolu de faire la loi parce que le roi a en charge la défense et l’harmonie de la nation. Il donne certes à l’Etat les mêmes caractéristiques que Machiavel : il est perpétuel et omniprésent, mais cet absolutisme dans le temps et dans l’espace est justifié par la prise en compte de la nation, elle-même forgée par l’histoire, par le milieu naturel. Bodin est donc l’un des premiers théoriciens de l’Etat Nation, la société politique absorbant la société civile pour mieux la protéger. Ce souverainisme est bien Français, et l’exception française se manifeste déjà alors que le reste de l’Europe s’organise encore en pouvoirs féodaux ou impériaux.

La monarchie royale : un pouvoir fort

La façon dont est exercé le pouvoir en France semble exemplaire à Jean Bodin. Au désordre politique qui règne en Europe, il oppose la stricte hiérarchie, la pyramide du pouvoir dont le sommet est le monarque. Après avoir passé en revue les mérites et faiblesses de la démocratie, de l’aristocratie, Jean Bodin s’arrête à la monarchie. A la différence des autres régimes, le roi n’a aucun contrat avec le peuple, il est « délié des lois », il a une puissance « souveraine », c'est-à-dire sans partage. Il gère le gouvernement avec la plus grande rigueur, et tout doit être soigneusement réglé dans les fonctions de chacun : voilà une recommandation dont Richelieu fera son profit. La stricte organisation des pouvoirs inspirera aussi sans doute les principes constitutionnels de Montesquieu. L’ordre public est prioritaire.

Les droits régaliens et leurs limites

Pourtant Jean Bodin nous surprend avec des accents presque libéraux, qui tranchent avec son plaidoyer pour l’absolutisme. Car si les « droits régaliens » sont étendus (faire et défaire les lois, déclarer la guerre, nommer les agents de l’Etat, rendre la justice et faire grâce), ils ne sont pas illimités. En particulier, le roi ne doit pas se livrer à des manipulations monétaires. Instruit sans doute par les scolastiques de Salamanque, et par la catastrophique inflation qui a frappé l’Espagne, Bodin plaide pour la stabilité de la valeur de la monnaie, que l’on peut obtenir par la stabilisation de la quantité de monnaie en circulation (il passe parfois – sans doute à tort – pour le premier « quantitativiste » liant le niveau général des prix au volume de la masse monétaire).

Il faut noter que le droit de propriété est considéré par Bodin comme inviolable, et à ce sujet Bodin surprendrait certains souverainistes modernes en condamnant le principe même de l’impôt ! Bodin a de longs développements sur les riches et les pauvres, il est résolument hostile à l’égalitarisme, source de jalousies et de conflits.

Le droit de Dieu et de la nature

Surtout, Jean Bodin enjoint au monarque de se comporter en serviteur de Dieu et des hommes. Il doit faire son « devoir de Prince ». Au-delà des lois qu’il peut édicter ou répudier à sa guise, il y a un « droit de Dieu et de la nature ». Serions-nous ramenés à la liaison thomiste entre droit positif (celui du prince), droit naturel et droit divin ?

Le peuple et les magistrats eux-mêmes doivent désobéir au monarque quand il prescrit des mesures inhumaines comme le meurtre d’enfants, l’assassinat d’innocents, le pillage et le sac des villes par les soldats.

On est donc bien loin de Machiavel. Tout n’est pas permis au Prince : le pouvoir est absolu vis-à-vis des sujets, mais pas vis-à-vis de Dieu ni des hommes. « Il n’est de richesse que d’hommes ».

Les hommes seraient-ils libres ?

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1351 du 7 février 2018

Editorial : En marche sans bouger
Actualité
:
Trump va régler son compte au FBI - L’Etat ne peut empêcher la neige de tomber - Medef : le libéralisme va-t-il s’inviter dans les élections ? - La Corse ouvrira l’ère d’une République Fédérale
Connaissance du libéralisme :
Entre riches et pauvres l’écart se creuse



Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...