Portait

L’économie mathématique

Les études d’ingénieur de Léon Walras l’ont conduit à rêver d’une science économique qui serait plus rigoureuse, parce qu’elle utiliserait un langage mathématique. Comme Jevons, Walras utilise le principe du « calcul à la marge » pour expliquer la logique des choix individuels. Les hommes mettent en ordre les besoins qu’ils veulent satisfaire et les moyens dont ils disposent. Cette « utilité ordinale » les amène à adopter des solutions parfaitement rationnelles. Exemple fameux : dans le salon où elle consomme tasses de thé et petits gâteaux, la vieille dame anglaise va-t-elle prendre une tasse de thé de plus ou commander davantage de gâteaux ? Quelle « utilité marginale » pour chacune de ces consommations nouvelles? De même qu’on peut connaître une fonction mathématique à partir de ses dérivées, on peut comprendre les choix économiques à partir de l’utilité comparée des diverses décisions marginales.

Ce « raccourci » va faire les délices de plusieurs générations d’économistes jusqu’à ce jour, surtout à partir du moment où des ingénieurs et mathématiciens se piqueront d’économie. A partir de 1980, l’économie mathématique sera aussi le refuge des partisans de la planification meurtris par son échec et qui rejoindront la science économique à travers la passerelle des mathématiques, tout en gardant, comme Walras, une idée mécaniciste et désincarnée de l’homo oeconomicus.

Lire la suite...
Intérêt personnel versus intérêt général PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Jeudi, 07 Juin 2012 01:00
Le triomphe du "chacun pour soi" ?

Le triomphe du « Chacun pour soi » 

« Ce n’est pas de la bienveillance du boucher, du marchand de bière ou du boulanger que nous attendons notre dîner, mais bien du soin qu’ils apportent à leurs intérêts. »

Cette phrase d’Adam Smith, réputé fondateur de la science économique, et figure majeure du libéralisme, laisse à penser que le libéralisme consacre la victoire de l’égoïsme, de l’intérêt personnel, ignorant et le « bien commun » et la générosité. Le marchand ne fait pas de sentiment.

Voilà qui justifierait l’intervention des pouvoirs publics, soucieux et artisans de l’intérêt général. Cette intervention peut, suivant les courants de pensée, consister en réglementation et surveillance plus ou moins étroite de l’activité privée, ou aller jusqu’à la suppression de toute liberté économique (planification impérative).

Voilà qui, pour d’autres, appellerait une « économie de partage » (certains disent même « de communion »), une justice distributive d’où serait bannie toute référence à l’intérêt personnel.

 

L’intérêt personnel est-il égoïste ?  

L’être humain est-il purement altruiste, au point de mener une vie de pur sacrifice et de pur dévouement ? La vie des saints nous apprend que sous les apparences de l’amour total des autres, jusqu’au don de la vie, il y a la joie personnelle de l’amour accompli, l’immersion dans une totale béatitude. Comme de plus tous les hommes ne sont pas des saints, ils finissent bien par penser un peu, beaucoup ou passionnément à eux-mêmes. Sont-ils interdits pour autant de penser à leurs familles, aux gens qu’ils rencontrent ?

Ce qu’Adam Smith voulait expliquer c’est que l’échange, base de la vie économique, passe par la prise en compte de l’intérêt des acteurs en présence. Ce n’est pas une faute, c’est même un service rendu à la communauté. En effet, dit Adam Smith, les sentiments moraux portent les hommes vers les autres, parce que telle est leur nature, parce que tel est leur destin : un être humain peut-il vivre en ignorant tous les autres ? Depuis Aristote on sait que l’homme est un « animal social ». Pour survivre, pour mieux vivre, chacun doit compter sur les autres, se mettre à leur place (sentiment d’empathie) donc connaître leurs besoins, leurs capacités. Que peuvent-ils bien vouloir ? Que peuvent-ils bien m’apporter ?

Ces interrogations traduisent-elle quelque égoïsme? Non : elles sont inspirées par l’intérêt personnel, qui se trouve ainsi devenir intérêt pour les autres.

 

La main invisible  

L’intérêt personnel est de chercher à combler ses propres lacunes : l’être humain n’est pas omniscient. Il a donc beaucoup à apprendre des autres et « il est plus facile d’apprendre que d’inventer » (Bastiat). Ce qu’Adam Smith appelle « division du travail » n’est que l’application pratique d’un phénomène plus général : la division du savoir, thème favori d’Hayek. Voilà ce qui, en quelque sorte, nous condamne à l’échange.

L’échange est de nature « catallactique » : il rend compatibles des intérêts personnels a priori différents, voire même opposés. L’intérêt du producteur ou du vendeur est le prix élevé, celui du consommateur ou de l’acheteur est le prix faible. De toutes façons, la valeur est subjective, elle se fonde sur une appréciation personnelle et contingente de ce que l’on donne et de ce que l’on reçoit. C’est parce que les appréciations ne concordent pas que l’échange est possible. L’échange transforme l’opposition des intérêts en harmonie. C’est ce qu’Adam Smith a exprimé à travers l’expression de « main invisible » : un ordre spontané s’instaure à travers la multitude des échanges interpersonnels, des marchés conclus. Sans doute cet ordre est-il imparfait, comme les hommes eux-mêmes, tendus sans cesse vers le progrès, préférant plus à moins. De la sorte, l’ordre social spontané, fruit de la mosaïque marchande, est évolutif. Il n’est pas à base d’équilibre (l’équilibre n’est pas vivant) mais à base d’harmonie (qui est diversité et dynamique). Ainsi l’enchaînement des intérêts et des échanges est-il invisible bien que réel. Comme le suggère Israël Kirzner, cette main invisible a pour doigts l’entreprise, dont l’objet est l’intermédiation des intérêts (« entre prendre »).  

 

Bien commun et intérêt général 

Je reviens à Adam Smith : « Tout en ne cherchant que son intérêt personnel, [chacun] travaille souvent d'une manière bien plus efficace pour l'intérêt de la société, que s'il avait réellement pour but d'y travailler… Je n'ai jamais vu que ceux qui aspiraient, dans leurs entreprises de commerce, à travailler pour le bien général, aient fait beaucoup de bonnes choses.»

Cette citation exprime la convergence des intérêts personnels qui se fondent dans l’intérêt de la société, mais aussi le scepticisme à l’égard de ceux qui prétendent travailler au bien général en oubliant leurs intérêts propres.

Dans l’analyse libérale, le bien commun se trouve dans l’harmonie qui règne entre millions de personnes qui échangent quotidiennement, renonçant à la violence et à la spoliation pour satisfaire leurs besoins, et préférant partager leurs savoirs et concilier leurs intérêts. Le bien commun n’est pas un objectif social, c’est une manière de vivre ensemble, dans la compréhension et la paix. Il faut sans doute des règles sociales, des institutions, pour qu’il en soit ainsi, voilà pourquoi le libéralisme appelle l’état de droit. Tel est l’intérêt général.

Malheureusement, les collectivistes (dont au premier rang les socialistes) veulent donner à l’intérêt général un contenu précis, et y plier les intérêts personnels. Quel calcul social permet-il de fixer un objectif global, en fonction duquel devraient s’ordonner toutes les activités humaines ? Un optimum social serait-il la somme des intérêts personnels ? Le théorème d’Arrow en montre l’impossibilité. Dans ces conditions, l’intérêt général ne peut procéder que d’un choix politique. Ce choix peut être imposé par un pouvoir absolu (formule de la planification soviétique) ou par un pouvoir démocratique : l’intérêt général est alors le résultat d’un vote. Mais on arrive ainsi au « miracle de l’isoloir » dénoncé par James Buchanan : comment des électeurs, animés par de vils intérêts personnels en temps ordinaire, vont-ils les abandonner une fois dans l’isoloir pour ne plus penser qu’à l’intérêt général ? En fait, ce pseudo intérêt général ne naît que de la coalition d’intérêts catégoriels que les candidats et les partis prennent soin de flatter. C’est le jeu des promesses électorales, et des groupes de pression, bien démasqué par l’école du « public choice », logique des décisions publiques. L’intérêt général n’est que le prétexte de violer les intérêts personnels des uns pour servir les intérêts personnels des autres. C’est finalement la lutte de tous contre tous. Voilà où est l’égoïsme. Voilà qui brise toute harmonie sociale.

 

Veilleur d'été

Les économistes d’Aix se remettent au travail

J’apprends avec plaisir que le Cercle des Economistes, présidé par Monsieur Jean Hervé Lorenzi, sera à Aix en Provence pour la 15ème année successive.

Lire la suite...
 
1er juillet : le parti a remporté une grande victoire (à la manière de Bastiat)

Camarades, notre cause avance. Il s’est fait en ce 1er juillet un grand bond vers la société prolétarienne.

Lire la suite...
 

Nouvelle Lettre de la semaine

Le papa du Petit Poucet l www.libres.org

Au sommaire du n°1243 du 23 juin 2015


Editorial : Défaite des pères ?

Conjoncture : NASDAQ et CAC 40 à plus de 5.000 points

Actualité : Une encyclique pour rien - Pas de Grexit : priorité à la politique - Retraites complémentaires : reculer pour mieux sauter ?

Actualité du libéralisme : 800 ème anniversaire de la Magna Carta

Lu pour vous : Ethique et Numérique

Acheter le numéro

Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

D’Aristote à René Girard, ils ont abordé les thèmes de l’éternel humain : la nature de l’homme, son destin, sa conscience, la liberté, le pouvoir, la religion, la vie, la vérité, etc. Dans une société où le paraître l’emporte largement sur l’être, se rapprocher des philosophes nous aide à retrouver ce qui importe à long terme, ce qui est le fond de notre humanité et ce qui donne valeur à notre liberté.

64 pages, 30 portraits, 5€

Bulletin de commande

 

Revue des Livres

Alain Madelin

UNIR POUR AGIR

« Il s’agit de tracer les contours de quelques...

Jacqueline Balestier

Liberté Economique et Progrès Social

C’est dire que depuis près de 40 ans, notre ass...