Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Lettre hebdomadaire (40 numéros) qui est dans sa 31ème année : c’est le commentaire libéral de l’actualité économique, sociale et politique, en toute indépendance. C’est aussi une source d’information sur les idées de la liberté dans le monde entier. Editorial de Jacques Garello, chronique de conjoncture de Jean Yves Naudet, rubriques d’actualité, revue des livres, dossiers.

8 pages, Abonnement électronique (format pdf) 40 € (40 numéros par an)

Bulletin d'abonnement

Portait


Un Marx libéral ?

Les principaux éléments de l’économie marxiste se trouvent chez John Stuart Mill, qui a ajouté aux erreurs de Ricardo et Malthus dont il prend la suite.

Lire la suite...
Le G20 est-il cohérent ? PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 06 Septembre 2016 00:00

Le G 20 vient de se réunir à Hangzhou, en Chine, dernier G20 pour Hollande, a-t-on dit ! Ce qui ressort de cette rencontre est assez incohérent : d’un côté, un désir confirmé de sauver la croissance. Depuis la crise de 2008 il ne cesse de rappeler les bases inéluctables de toute croissance : les dépenses publiques. Mais d’un autre côté le G 20 craint une nouvelle flambée de protectionnisme. Ici on attaque le système marchand, là on défend le marché mondial. En fait le G 20 est une instance politique, pour ne pas dire idéologique.

 

La relance

Commençons par sauver la croissance. Keynes a inventé la politique adéquate. Elle part d’un constat : l’économie de marché, laissée à sa seule logique, ne peut pas éviter la crise et le chômage massif, l’Etat est donc là pour venir au secours des populations. En fait, Keynes n’a fait que décliner des idées sur « la crise » qui courent de Malthus à Marx : le capitalisme, c’est la crise.

Ecoutons Keynes : dans une économie de marché, quel est le moteur ? C’est la dépense : quand les consommateurs se décident à acheter, il y a plus de commandes, donc plus de travail pour les entreprises : naturel, n’est-ce pas ? Mais où les consommateurs prennent-ils leur argent ? En produisant. Leur pouvoir d’achat vient donc de leur contribution à la création de richesses. Double malheur : d’une part, les consommateurs qui sont réellement riches épargnent trop et freinent la dépense globale ; d’autre part, les salariés sont sous-payés par les entrepreneurs.

Evidemment, il n’y a pas la moindre réalité dans cette analyse, sauf si l’on accepte la thèse de l’exploitation et de l’aliénation du prolétariat par la classe bourgeoise propriétaire du capital, et si l’on croit que l’épargne est une fuite définitive dans le circuit, la cassette enterrée par Harpagon. Mais qu’importe : l’Etat va compenser par ses dépenses publiques « l’insuffisance de la demande globale spontanée », et pour le financement on va battre monnaie, c’est un droit régalien !

La relance de la relance

Ces fariboles des années 1930, qui avaient séduit Hitler et tous les socialistes de l’époque, avaient été mises au rencart quand la science économique est devenue un peu plus sérieuse et a cessé d’être un instrument de pure propagande politique. Dans les années 1970, le navire keynésien a coulé. De deux côtés, le monétarisme de l’école de Chicago menée par Friedman, et l’école autrichienne menée par Hayek et Mises, on a tiré un trait sur les politiques de relance. Les Etats-Unis auront 20 ans de croissance ininterrompue à partir des « Reaganomics » : c’est l’offre, et non la dépense, qui est le moteur, c’est la libération des entreprises et la réduction des dépenses et des déficits publics qui garantissent le plein emploi.

Mais vient la crise financière de 2008. Quelques hommes politiques par ignorance ou par idéologie reprennent l’antienne de la « crise du système ». Le duo Obama-Sarkozy donne le ton, recommande une politique de relance et une injection mondiale de monnaie pour faire redémarrer la dépense, permettre à la dépense publique de se développer sans crainte de déficits, financés par un endettement allégé par des taux d’intérêt proches de zéro, voire négatifs.

Que s’est-il passé en Chine ?

Si l’on suit notre analyse, rigoureusement rien. Le G20 répète inlassablement la leçon apprise contre le système capitaliste. « Le G20 veut relancer la croissance grâce aux dépenses publiques et à l’innovation » (Figaro, 5 août). Les politiques de relance monétaire accompagnent les réformes structurelles (Les Echos, 6 août). Comment donc peut-on relancer (donc dépenser) et réduire les déficits en même temps ? Les « experts » de l’OCDE et du FMI ont été les plus chauds partisans de la relance : c’est ce qu’ils font depuis la nuit des temps.

Mais à Hangzhou le G 20 a à nouveau condamné le protectionnisme commercial et a encouragé Américains et Européens à accélérer les négociations du TTIP ; exactement ce que les populistes européens et les électeurs de Donald Trump rejettent. On passe d’un non-sens à un autre...

La vérité, c’est que les Etats sont les meilleurs fossoyeurs de l’économie de marché. Ils aiment bien passer pour les sauveurs de la croissance et aller dans la voie de la facilité, mais ils se demandent comment continuer à croître si les échanges internationaux se réduisent. Nous sommes en 1930. Capitalisme de connivence, capitalisme d’incohérence.

 
More Articles :

» Protection de l’industrie vieillissante

Trump veut défendre la sidérurgie américaine : peine perdue, guerre perdue

» Quand l’Etat français aide l’industrie

Politique de « réindustrialisation » ou de libération ?

» Laurent Wauquiez : le meilleur et le pire

Emission politique sur France 2 ce jeudi : Laurent Wauquiez a été le meilleur et le pire. Le meilleur, c’est l’homme politique, expert en dialectique, capable de déjouer les attaques les plus sournoises, de convaincre les téléspectateurs,...

» Ce budget n’est ni réformateur ni libéral

Où est la réforme budgétaire promise et magnifiée aujourd’hui par les nouveaux dirigeants ?  Les dépenses n’ont pas diminué, les impôts n’ont pas vraiment baisse, et quantité d’innovations sont utopiques ou arbitraires. Un budget...

» Du pain et des jeux : les jeux sont là mais le pain manque

« Panem et circenses » : les empereurs et les prétoriens romains savaient que le peuple se faisait docile quand il mangeait à sa faim et pouvait se régaler des jeux du Colisée. En France la maxime est une recette de gouvernement...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...