Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Le chômage est un scandale doublement public. D’une part, il n’a pour origines que des initiatives publiques : politiques budgétaires, monétaires, droit social. D’autre part, il est scandaleux d’avoir tant de chômeurs alors que la science économique donne une réponse claire au défi du chômage . « On a tout essayé contre le chô-mage » disent les gouvernants. Tout, sauf ce qui marche… En 1996 déjà un colloque tenu à Paris par des économistes de renom mondial rappelait cette évidence.

109 pages, gratuit

Bulletin de commande

Portait

Le fondateur de l’école autrichienne

Carl Menger est souvent associé à Stanley Jevons et Léon Walras comme l’un des piliers de la « révolution marginaliste » qui a fait rupture avec le classicisme anglais de Ricardo et Mill. Il est vrai qu’il cherche, comme ses contemporains, à rendre compte de la rationalité des choix individuels.

Lire la suite...
La balance commerciale reflète les faiblesses structurelles PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 03 Mai 2016 00:00

La semaine dernière, l’administration des Douanes a publié les résultats de notre commerce extérieur. Par tradition, nous ne considérons pas le déficit de la balance comme une calamité, Bastiat a démontré que le déficit était un prétexte pour de nouvelles mesures protectionnistes de nature à pénaliser l’économie à terme. Donc le déficit annoncé pour mars et le premier trimestre 2016 ne devrait pas nous inquiéter outre mesure. Sauf à préciser que sa réduction n’est due qu’à des hasards conjoncturels et ne permet pas de conclure à la « reprise » : les faiblesses structurelles sont toujours là.

 

 

Les chiffres qui rassurent et qui inquiètent

Faisons comme si la baisse du déficit commercial s’était récemment confirmée, considérant qu’il s’agit d’une bonne nouvelle pour le pays… et le gouvernement. En mars, le chiffre du déficit aura été de 4,4 milliards d’euros, contre 5,1 en février. Mais sur l’ensemble du trimestre, le déficit de 14 milliards ne s’est pas amélioré par rapport aux trimestres précédents, et d’après Bercy il faut prévoir 40 milliards pour l’ensemble de l’année 2016.

Le commentaire qui s’impose est que ces « bons résultats » sont purement accidentels, liés d’une part à la baisse spectaculaire du prix du pétrole (exprimé en dollar, monnaie dans lequel nous le payons, le prix a été divisé par plus de 2), d’autre part à la hausse du dollar, monnaie dans laquelle nous exportons nos produits phares, dont ceux de l’aéronautique.

En revanche, d’autres résultats sont plus inquiétants, comme le ralentissement actuel de notre commerce extérieur. Les exportations ont chuté en mars de 3,9 % et les importations de 5,2 %. Certes ce ralentissement traduit une léthargie mondiale, due sans doute aux difficultés conjoncturelles (pour l’instant !) de la Chine et des Etats-Unis. Mais elle concerne surtout nos échanges européens, ce qui est plus surprenant.

Des avions et des produits de beauté

A vrai dire, ce que révèle la situation présente, c’est que les chiffres de notre commerce extérieur dépendent avant tout des exportations d’avions et de produits pharmaceutiques (dont essentiellement les produits de beauté). Dans les mois où les ventes d’Airbus augmentent le déficit se résorbe. Les produits pharmaceutiques se destinent aux Etats-Unis et rapportent davantage quand le dollar augmente. Les exportations d’agro-alimentaires (boissons surtout) représentent aussi un bon chiffre en moyenne, mais variable d’un mois à l’autre.

Par comparaison avec ces secteurs d’activité, les entreprises françaises sont plutôt mal placées à l’exportation, même si les performances des PME sont en progrès – mais sans commune mesure avec leurs concurrentes allemandes.

Quant aux importations, nous avons le sentiment qu’elles se substituent de plus en plus à des consommations de produits français, en dépit de la campagne « achetez français » qui est surtout « cosmétique » compte tenu de la facilité avec laquelle nous « nationalisons » de nombreux produits fabriqués partiellement ou totalement ailleurs. C’est particulièrement vrai pour les fruits et légumes : notre agriculture serait bien en peine de combler l’appétit des consommateurs français. On peut donc être sceptique sur les effets de la « relance » de la consommation comme stimulant de la croissance française.

Déficit et compétitivité

Le seul enseignement significatif de la balance commerciale c’est la mesure de la compétitivité nationale. Il est vrai que notre balance des services est en meilleur état : les recettes du tourisme et du transport compensent traditionnellement les échanges de marchandises. Mais là encore, la situation s’est dégradée depuis les attentats de novembre. On sait que la fréquentation de Paris a chuté de quelque 30 %. On peut espérer qu’il s’agit d’un simple accident, là encore.

Il n’en demeure pas moins que, marchandises ou services, les produits français supportent les lourds handicaps et de la fiscalité et surtout des charges sociales. La main d’œuvre coûte plus cher, de 10 % par rapport aux Allemands – c’est une banalité de le rappeler tout en précisant que ce ne sont pas les salaires qui expliquent cette exception française mais bien les prélèvements d’un Etat pléthorique qui, de plus, met en place des réglementations paralysantes. Aujourd’hui, compte tenu des dépenses inconsidérées (ou plus précisément en considération des élections), le seul espoir à court terme sera dans la fréquentation des manifestations sportives qui débutent le mois prochain.

 
More Articles :

» En marche sans bouger

Je suppose que vous avez réagi à l’annonce, vendredi dernier, de l’arrêt de la Cour de Cassation précisant que le conducteur d’un véhicule à l’arrêt, moteur arrêté, pouvait être poursuivi et condamné pour tenir son téléphone...

» Laurent Wauquiez : le meilleur et le pire

Emission politique sur France 2 ce jeudi : Laurent Wauquiez a été le meilleur et le pire. Le meilleur, c’est l’homme politique, expert en dialectique, capable de déjouer les attaques les plus sournoises, de convaincre les téléspectateurs,...

» Ce budget n’est ni réformateur ni libéral

Où est la réforme budgétaire promise et magnifiée aujourd’hui par les nouveaux dirigeants ?  Les dépenses n’ont pas diminué, les impôts n’ont pas vraiment baisse, et quantité d’innovations sont utopiques ou arbitraires. Un budget...

» Les cinq sous de l’APL

L’APL est un feuilleton dont chaque épisode maintenant quotidien nous régale. Mais évidemment cette grande réforme n’affecte ni les causes du déséquilibre budgétaire ni les facteurs de la crise du logement et des loyers …

» L’insincérité : d’hier et d’aujourd’hui

« Insincérité » : le mot est celui de la Cour des Comptes qui a rendu jeudi dernier son rapport sur le budget de l’Etat 2017. Il qualifie les mensonges volontaires du gouvernement Cazeneuve. Mais il peut tout aussi bien désigner la façon...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...