Commandez

Catalogue de la Sefel l www.libres.org

A l’occasion du bicentenaire d’Alexis de Tocqueville et de la 28ème Université d’Eté de la Nouvelle Economie (2005), l’ALEPS plaide pour le retour de la société civile :
« Beaucoup de nos contemporains ne font plus confiance à la société politique pour surmonter la crise économique, sociale et morale qui frappe le pays. Alors, ne serait-il pas temps de se tourner vers la société civile ? Mais où est-elle ? Que fait-elle ? Que pourrait-elle faire ? » Et aujourd’hui ?
 

55 pages, gratuit

Bulletin de commande

 

Portait

Les sentiments, bases de la société

Charles Fourier a inspiré Proudhon, mais Marx l’a méprisé. Marx l’économiste rejettera avec violence les « utopies » des Français, construites en ignorance totale des lois de l’économie. Il est vrai que Fourier part du principe qu’une société ne peut être harmonieuse que si elle rencontre les sentiments des individus.

 

Lire la suite...
Je suis plombier polonais PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Lundi, 28 Août 2017 00:00
C'est L'plombier ! l www.libres.org

J’ai reçu hier cette missive de Cracovie :

« Je suis plombier polonais. On avait beaucoup parlé de moi en 2005, à l’occasion du referendum sur la Constitution Européenne (rejetée par 55 % des électeurs français). A l’époque, on avait beaucoup débattu sur la « directive service » (Bolkenstein) autorisant des entreprises et des personnes venues de Pologne, ou d’ailleurs, à proposer leurs services sur l’ensemble des territoires de l’Union Européenne.  J’avais eu le malheur d’intervenir en France pour pallier le manque d’artisans plombiers et le prix très élevé de leurs prestations.

 

 

 

« Me voici aujourd’hui ressuscité grâce au Président Macron. Etoile politique montante de l’Europe, ce jeune homme a visité les capitales des pays pour obtenir l’annulation de la législation européenne sur les travailleurs détachés. Son intention est louable : il se veut fidèle  à ses promesses électorales. D’ailleurs en quelques semaines, il aura moralisé la vie politique française, réformé le code du travail, allégé la fiscalité, rénové l’armée et la police. Ami de Trump comme de Poutine et Junker, il a rendu à la France sa place dominante dans la diplomatie européenne et mondiale. Je dois reconnaître que notre premier ministre Beata Szydlo n’a pas le même rayonnement, et se classe dans la catégorie des eurosceptiques, ces chefs d’Etats qui refusent entre autres les initiatives de Bruxelles sur la répartition des immigrants.

« Il est vrai que nous, Polonais, avons une autre conception et de l’Europe, et de la sécurité, et de la liberté.

« Coupés de l’Occident par la dictature communiste, nous avons souhaité une Europe ouverte, où les personnes naguère prisonnières pourraient circuler librement, vivre et travailler sans discrimination aucune. Mais nous avons progressivement compris que les politiciens occidentaux étaient d’accord pour l’ouverture, à condition que rien ne vienne perturber les privilèges accordés, les subventions et allocations allouées : non à la concurrence, qu’ils estiment toujours déloyale. Notre euroscepticisme Nous avons vu la machine bureaucratique et centralisatrice de Bruxelles se renforcer sans cesse, et préférer la réglementation  au libre échange et à la libre entreprise. Après avoir rêvé d’une Europe espace, nous avons subi une Europe pouvoir.

« La tension entre espace et pouvoir a pris un tour dramatique avec le flux migratoire et avec l’insécurité croissante. Les dirigeants des pays européens se sont divisés, entre ceux qui acceptaient l’accueil et ceux qui le refusaient. Nous en Pologne ne confondons pas les travailleurs détachés et les terroristes islamistes. Des centaines de milliers de Français d’origine polonaise ont apporté leur travail et leur intelligence sans pour autant détruire la nation française, ses lois et ses mœurs. Si vous êtes aujourd’hui submergés par le communautarisme, c’est faute de n’avoir pas donné aux immigrés  le travail et l’éducation nécessaires à leur assimilation progressive ; nous en Pologne refusons une immigration que nous ne pourrions maîtriser.  D’ailleurs notre principal souci n’est pas là mais dans la menace de l’impérialisme du Kremlin  qui pèse sur nous, nos voisins baltes, et d’autres pays d’Europe Centrale et de l’Est. L’insécurité vient de Moscou Nous craignons que la protection de l’OTAN devienne de plus en plus fictive. Mais votre Président veut-il s’en soucier ? Il préfère qualifier notre régime politique de dictature.

« Il oublie que la Pologne a payé de tous temps un lourd tribut à la liberté. L’empire soviétique n’aurait pas explosé sans notre résistance, soutenue sans cesse par une ardente foi chrétienne, derrière notre saint patron charismatique Jean Paul II. La détermination du Président Reagan a fait le reste, et le mur de Berlin est tombé. Nous ne cessions d’y croire : « La vérité vaincra » était notre slogan. Nous ne pouvions croire à la survie de régimes contraires à la dignité de la personne humaine. Aujourd’hui notre première ministre est attaquée parce qu’elle est « réactionnaire », c'est-à-dire militante pour la vie et pour la famille, parce qu’en Pologne notre tradition associe la liberté à la responsabilité et à la dignité des êtres humains. C’est peut-être la vigueur et la fierté de notre attachement  aux valeurs morales et religieuses qui nous ont permis hier de vaincre le totalitarisme communiste, et aujourd’hui de relever les défis lancés aux nations libres par les barbaries de toutes origines. Je n’ai donc pas honte d’avoir été plombier, ni d’être Polonais ».

Je médite la lettre depuis quelques heures, elle me renforce dans ma détermination : présenter le libéralisme dans toutes ses dimensions, pour démontrer qu’il n’est pas destructeur, immoral et matérialiste, mais à coup sûr conservateur et restaurateur de valeurs morales et spirituelles qui ont été volontairement exclues de la pensée unique massifiante, grégarisante et impie.

 

 
More Articles :

» Ce budget n’est ni réformateur ni libéral

Où est la réforme budgétaire promise et magnifiée aujourd’hui par les nouveaux dirigeants ?  Les dépenses n’ont pas diminué, les impôts n’ont pas vraiment baisse, et quantité d’innovations sont utopiques ou arbitraires. Un budget...

» ONU : Trump nationaliste et Macron supra nationaliste

Trump est bien Américain : la nation est plus importante que l’Etat, son souverainisme n’exclut pas l’entente avec les autres nations, ensemble et en harmonie. L’ONU ne sert à rien. Macron est bien Français : les Etats doivent se fondre...

» Pierre Bergé : la gauche caviar ?

C’est une des facettes de cette surprenante personnalité disparue vendredi dernier.Homme d’affaires, mécène, industriel, homme de presse, mais aussi « celui qui incarnait pour beaucoup une certaine « gauche caviar » : tel est le...

» La Reconquête

Le rendez-vous historique de la France avec le libéralisme a été manqué. Après une avancée autant éphémère qu’incertaine, le libéralisme a disparu de la vie politique française. Certes, la confusion est entretenue dans le discours : le...

» Un sommet européen pour rien

Bien accueilli, Emmanuel Macron n’a guère été suivi

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1337 du 14 octobre 2017

Editorial : L'école de la République
Actualité
:
Une grève tout à fait logique - L’avenir est-il à la confédération ?  - La discussion du budget 2018 est en marche
Connaissance du libéralisme :
Liberté et droit, la synthèse
Lu pour Vous


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...