Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Si le libéralisme n’est pas assez attractif dans notre pays, c’est qu’il n’est pas connu. Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé.
Ce livret rétablit la vérité : non le libéralisme n’est pas la loi du plus fort, non la propriété n’est pas le vol, non l’intérêt personnel n’est pas l’égoïsme, non l’inégalité n’est pas l’injustice, etc. Au contraire, le libéralisme a une dimension éthique : c’est une doctrine de la dignité de la personne humaine et de l’harmonie sociale.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

Socialiste et  macro-économiste

Issu de Cambridge et élève d’Alfred Marshall, John Meynard Keynes emprunte aux marginalistes les concepts d’équilibre général et de courte période. Mais il appartient aussi à la Société Fabienne, qui regroupe les socialistes réformateurs anglais. A ce titre, il ne croit pas aux vertus habituellement prêtées à l’économie de marché par ses prédécesseurs néo-classiques.

Lire la suite...
Alexandria Book Library

Retour à la racine > Année 2013

Les apprentis sorciers
La France est championne du monde. De l’échec économique. Depuis plus de 40 ans, les décideurs politiques font l’inverse de ce qu’on devrait faire pour relancer l’économie. Constat implacable et solidement du dernier ouvrage de Patrick Artus.
PDF Imprimer
Couverture du livre Les apprentis sorciers
Catégorie: Année 2013
Auteur: Patrick Artus
Editeur: Fayard
Année: 2013
Visites: 2435
Avis des utilisateurs:  / 0
MauvaisExcellent 
Commentaire
Ecrit par Bogdan Calinescu

Il existe des maladies dont on ne guérit jamais. La politique de relance par la consommation en fait partie. La France souffre de cette maladie et il y a peu de chances qu’elle s’en débarrasse bientôt. Pourtant, en 1973, notre pays affichait une croissance insolente, à la chinoise : + 6.5%. Le mot chômeur n’existait pas et même les Américains nous enviaient. Le Hudson Institute, un think tank conservateur américain, publiait des études qui vantaient les réussites économiques françaises. Aujourd’hui, ces études prennent la France comme « l’exemple à ne pas suivre »… Et puis arrive le choc pétrolier de novembre 1973. Panique chez les politiques de tous bords. La croissance stagne, le chômage commence à augmenter, les indicateurs passent au rouge. La mort de Pompidou aggrave les choses en déclenchant aussi une crise politique. Mais l’élection de Valéry Giscard d’Estaing et la nomination de Jacques Chirac comme Premier ministre se veulent rassurantes. Sauf qu’ils choisissent une…politique de relance pour redémarrer l’économie : 5 Milliards de francs pour les personnes âgées et les familles, 13 Milliards pour les routes, les ports et le TGV, 5 Milliards pour la restructuration de l’industrie et aussi augmentation du SMIC et des salaires… La suite, on la connaît : le nombre de chômeurs passe de 500 000 à 1 400 000 entre 1974 et 1979 et le taux d’investissement des entreprises plonge.

Et puis arrivent les socialistes qui donnent le coup de grâce. Trois dévaluations du franc, hausse de l’inflation, explosion de la pauvreté… La France est isolée, grâce à M. Chevènement. Les magnétoscopes japonais doivent s’arrêter à Poitiers… Les socialistes enfoncent encore plus le pays dans le marasme économique : le taux d’emploi passe de 66.7% à 60.9% entre 1980 et 1987… Pendant ce temps, Thatcher et Reagan font les réformes nécessaires et leurs pays respectifs décollent. Le décalage ne sera plus jamais comblé depuis et la Grande-Bretagne va même dépasser la France en termes de PIB.

Faut-il encore revenir sur la situation de la France en 2013 ? Avec des dépenses publiques à 56.6% du PIB, l’économie est exsangue. On a continué avec les mêmes remèdes paléo-keynésiens pour aboutir aux mêmes résultats. Pourtant, on connaît les solutions : plus de flexibilité et de libertés pour les entreprises, moins d’Etat et de réglementations. Il faut passer à la culture de l’entrepreneuriat (les auteurs citent les travaux de l’IREF) et donner de l’air à ceux qui innovent. Le temps presse et d’autres l’ont déjà fait avec succès. Mais nos politiques – de droite ou de gauche – sont-ils prêts à le faire ? Rien n’est moins sûr et là nous sommes un peu moins optimistes que Patrick Artus. Les auteurs oublient les conséquences de l’emprise de l’énarchie sur la politique économique et fiscale, l’incompétence de hauts fonctionnaires à Bercy qui n’ont jamais connu l’entreprise privée. Changeons de conseillers économiques et - déjà – la France fera un grand pas vers le changement.

Date d'insertion: Vendredi, 31 Mai 2013 14:25

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1337 du 14 octobre 2017

Editorial : L'école de la République
Actualité
:
Une grève tout à fait logique - L’avenir est-il à la confédération ?  - La discussion du budget 2018 est en marche
Connaissance du libéralisme :
Liberté et droit, la synthèse
Lu pour Vous


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...