Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Si le libéralisme n’est pas assez attractif dans notre pays, c’est qu’il n’est pas connu. Pas enseigné, pas pratiqué, le libéralisme est caricaturé.
Ce livret rétablit la vérité : non le libéralisme n’est pas la loi du plus fort, non la propriété n’est pas le vol, non l’intérêt personnel n’est pas l’égoïsme, non l’inégalité n’est pas l’injustice, etc. Au contraire, le libéralisme a une dimension éthique : c’est une doctrine de la dignité de la personne humaine et de l’harmonie sociale.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
Libres de fêter Noël PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 26 Décembre 2017 00:00

Nous sommes libres de notre Noël. La façon dont nous le vivons est un choix personnel, un choix familial et traditionnel.

 

Chez vous, autour de vous, on s’apprête à fêter Noël. « Joyeux Noël » : je vous le souhaite bien sincèrement et amicalement.

Le souhait, la formule, me gênent pourtant. Que Noël apporte la joie, c’est assez banal, et c’est autour de la fête, des cadeaux, des vacances que la plupart des Français vont se retrouver pour un instant unis. Tant mieux.

Mais que Noël soit réellement Noël est une toute autre affaire, et ce que nous faisons de Noël, la façon dont nous le vivons est un choix personnel, un choix familial et traditionnel, et même un choix de civilisation – la preuve en est que de très nombreux pays et des milliards d’êtres humains ont des cultures qui ignorent Noël.

Nous voici donc libres de notre Noël. Que voulons-nous en faire ? La fête de la famille et des amis ? La fête des enfants ? La fête religieuse ? La fête de la Nativité ? Peut-être tout cela à la fois, mais le choix qui nous est laissé en toute liberté est à mes yeux déterminant.

Noël, ce peut-être la comtesse du Barry et la Veuve Cliquot, les huîtres et le foie gras. Les gens les plus modestes essayent de s’offrir ce luxe d’une soirée ou d’une nuit. Les nantis (s’il en reste sur le territoire) ne regardent pas à la dépense, et placent la gastronomie de Noël en couronnement d’un séjour au ski ou sous les tropiques. C’est le Noël-parenthèse, celui qui permet de rompre avec un quotidien souvent déprimant, ou de s’éclater en toute inconscience – mais c’est si bon, au moins sur le moment.

Noël, ce peut être le père Noël, les jouets et les cadeaux. Fête de la famille, de l’amitié, de la tendresse. Ce Noël n’a pas très bonne presse, car il évoque la société de consommation, les dépenses inconsidérées, un endettement de plus et pour des cadeaux éphémères, pour des jouets que négligent les enfants pour leur préférer le carton qui les emballe. Il y a bien pourtant cette magie du père Noël, de la cheminée, des souliers, et « croire au père Noël » fait toute la différence entre l’innocence de l’enfant et le souci des parents. Que ces soucis s’évanouissent pour faire place à la joie de la famille est certainement une bonne chose. Que la famille reprenne un instant son sens, qu’elle se recompose après s’être décomposée, qu’elle soit une redécouverte de la joie et de l’amour partagés, voilà qui est certainement souhaitable, et le miracle de Noël opère souvent.

Noël, ce peut être la messe de minuit. Une fête de la religion, où les chrétiens se retrouvent ; certains vont peut-être fréquenter une église qu’ils ne visitent que rarement, et personne n’y sera indifférent. Noël peut donc nous rappeler que la religion tient une place dans notre vie, et que nous partageons la même foi avec des millions d’êtres humains. Des millions qui connaissent dans certains pays l’exclusion, la persécution, voire même le martyre. Nous pensons en particulier aux Chrétiens d’Orient soumis aux violences fanatiques. Noël cesse alors d’être porteur de joie pour devenir acte de foi, affirmation d’une culture. C’est hélas quelque chose que les beaux esprits ignorent, caricaturent ou méprisent.

Peut-on nier à l’être humain sa dimension religieuse, sa quête de Vérité ? L’Occident se trouve bien désarmé quand il évacue de la société la moindre valeur morale et spirituelle pour s’adonner au « post-modernisme » qui prêche le nihilisme, le relativisme, pour nier ou défigurer la liberté et la dignité de la personne humaine.

Noël, ce peut être encore la crèche de l’enfant Jésus, la fête de la Nativité. Elle donne un message, elle porte un espoir. Le message c’est celui de l’amour des autres, que l’on nomme encore charité – au sens plein du terme. C’est la reconnaissance de l’unité et de l’universalité de la famille humaine, qui mêle le pauvre et le riche, les bergers et les rois mages, le voisin et l’étranger. L’espoir, c’est celui de l’étoile, qui nous amène à regarder plus haut, à chercher la voie de la vérité, de la perfection, mais aussi du pardon pour les erreurs d’une humanité imparfaite. L’étoile est le symbole de l’espoir. Elle nous rappelle que la Nativité prend tout son sens dans la Résurrection. Elle nous détourne de la violence, du fanatisme, pour nous engager dans la paix et la compréhension, entre nous, entre les peuples.

Le Noël de la joie est une parenthèse, le Noël de la foi est un chemin. L’un est un divertissement, l’autre un engagement. Les lampions de la fête s’éteignent progressivement, et le lendemain tout serait ténèbres si n’existait pas l’étoile de l’espoir. Libre à vous d’en rester à la joie, qui pour être éphémère n’en est pas moins respectable et même indispensable, mais libre à vous d’ajouter la foi à la joie, et de croire dans l’avènement d’une civilisation de l’amour. Avec la foi et la charité nous pourrons retrouver l’espérance. Du moins pouvons-nous y travailler. Joyeux Noël.

 
More Articles :

» Et si on réformait Noël ?

Par l’entremise d’un haut fonctionnaire qui fut jadis l’un de mes condisciples à l’ENA, j’ai pu prendre connaissance d’un rapport tenu secret à ce jour qui recommande au gouvernement une totale mise à plat de Noël. La réforme de...

» Le 13 mai 2017

Le message de la Vierge de Fatima a une double dimension

» 23 avril : fête de la Miséricorde

Dimanche dernier dans le monde entier deux milliards de chrétiens auront fêté Pâques. Leur foi leur aura permis de reprendre espoir : ils se savent désormais rachetés de leurs fautes et prêts pour porter un message d’amour fraternel.

» Deux foyers majeurs d’irresponsabilité

L’Education Nationale et la Sécurité Sociale sont les deux foyers du mal français. Dans l’hypothèse osée où les électeurs français seraient en position de faire cette année un vrai choix de société, la vraie rupture serait d’en...

» Le débat est clos

Le débat est clos, le défi est ouvert.« Le débat est clos ». C’est ce qu’a déclaré ce soir même Gérard Larcher, qui venait de présider le Comité Politique des Républicains. Le suspense est levé, surtout après le désistement...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1346 du 20 décembre 2017

Editorial : L'avons nous mérité ?
Actualité
:
Réchauffement climatique : réalité ou propagande ? - Ces milliardaires qui profitent de la croissance
Connaissance du libéralisme :
Interêts personnels et intérêt général
Lu pour Vous :
Migration des peuples par Vaclav Klaus et Jiri Weigl


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...