Commandez

Catalogue de la Sefel l www.libres.org

A l’occasion du bicentenaire d’Alexis de Tocqueville et de la 28ème Université d’Eté de la Nouvelle Economie (2005), l’ALEPS plaide pour le retour de la société civile :
« Beaucoup de nos contemporains ne font plus confiance à la société politique pour surmonter la crise économique, sociale et morale qui frappe le pays. Alors, ne serait-il pas temps de se tourner vers la société civile ? Mais où est-elle ? Que fait-elle ? Que pourrait-elle faire ? » Et aujourd’hui ?
 

55 pages, gratuit

Bulletin de commande

 

Portait

L’économie mathématique

Les études d’ingénieur de Léon Walras l’ont conduit à rêver d’une science économique qui serait plus rigoureuse, parce qu’elle utiliserait un langage mathématique. Comme Jevons, Walras utilise le principe du « calcul à la marge » pour expliquer la logique des choix individuels.

Lire la suite...
Siemens – Alsthom : c’est logique , est-ce grave ? PDF Imprimer Envoyer
Jeudi, 28 Septembre 2017 00:00

C’est logique : la reprise d’une entreprise  peu vaillante par un concurrent qui va la redresser ou la démanteler est la règle du jeu dans une économie de marché. Pourtant, tout le monde se révolte contre « la vente des bijoux de famille » sans tenir compte de ce que d’autres opérations entre firmes sont courantes et peuvent enrichir la France, et sans considérer que les sociétés industrielles du CAC 40 ne sont pas l’économie française, heureusement !

 

Ainsi les Allemands de l’impitoyable  Merkel auraient-ils déclaré la guerre économique aux bons Français du trop faible Macron. Et beaucoup de gens de se révolter : comment a-t-on pu laisser faire ce hold up ? Comment admettre les prédateurs étrangers ?

Il faut bien l’admettre : quand une entreprise est incapable de réaliser des résultats positifs (appelés profits) qui lui permettent d’investir et d’embaucher, sa longévité est menacée. Il y a dans les affaires de fusion-absorption des chevaliers noirs qui veulent détruire le concurrent et des chevaliers blancs qui veulent recycler les hommes, les techniques et certains produits pour les mieux gérer. En l’occurrence il s’agit d’une opération « amicale », en rien agressive ni scandaleuse. La disparition d’Alsthom était prévue de longue date : après s’être séparée de sa branche énergie (vente à la General Electric américaine) Alsthom n’a pu sauver sa branche transport (fabrication des TGV essentiellement). Ce qui est encore logique c’est que l’industrie française dans son ensemble souffre de la lourdeur de ses charges fiscales et sociales, sa compétitivité n’a cessé de décroître face à celle de tous ses concurrents. L’industrie, mais aussi bien d’autres secteurs d’économie, sont malades du socialisme français, des impôts, des syndicats, des inspecteurs du travail, de la confiscation de l’épargne par l’Etat, etc. La logique est imparable, la faillite est à la clé.

Est-ce grave pour autant ? D’une part nombre d’entreprises françaises ont pris le contrôle de firmes étrangères, et souvent européennes, comme en Italie. La souveraineté de la France a été flattée par l’absorption d’Opel par Peugeot, comme l’a fait remarquer à juste titre Daniel Cohn Bendit. D’ailleurs le gouvernement actuel ne veut-il pas écarter le repreneur italien des Chantiers STX alors même qu’un contrat en bonne et due forme a été conclu ? D’autre part il est très fréquent que des équipes françaises aillent faire valoir leurs talents techniques et commerciaux à l’étranger (où elles trouvent un environnement fiscal et social plus attrayant). Il est également fréquent que des entreprises françaises, petites et moyennes, soient les sous-traitantes de grandes sociétés étrangères. La mondialisation est un fait incontournable et irréversible (sauf conflit militaire généralisé) et les émotions nationalistes n’ont pas raison d’être.

Au demeurant, l’émotion est due au fait que c’est une grande société du CAC 40 qui est en cause. Dans les journaux économiques, on s’intéresse par priorité à ces groupes, qui sont pourtant loin de représenter le tissu économique français. En Allemagne, il y a Siemens, Mercedes et Bayern, mais aussi une masse impressionnante d’entreprises pettes et moyennes qui permettent d’innover avec souplesse, d’exporter, de sous-traiter. Le jour où les Français (et surtout ceux qui les informent) comprendront que la guerre économique n’existe pas, que la prospérité d’une entreprise n’a rien à voir avec la souveraineté nationale (Essilor déploie 95 % de son activité en dehors du territoire français), que l’important est la qualité des biens et services destinés aux consommateurs des cinq continents, un progrès considérable sera réalisé. Siemens-Alsthom ce n’est pas grave si l’on veut bien laisser la politique de côté et ne considérer que l’économie.

 

 
More Articles :

» NASDAQ et CAC 40 à plus de 5.000 points

A part les bourses chinoises, en baisse de plus de 13 £ la semaine dernière, c’est l’euphorie chez les boursiers. Bien que 5.000 points n’aient rien de commun à Paris et à New York, le CAC 40 français et le Nasdaq américain ont dépassé...

» La Bourse au plus haut : paradoxe dans un pays en panne

Le CAC à plus de 4.300 points : est-ce une bonne nouvelle ?

» DES PROFITS INDECENTS ?

Comme chaque année, les principales entreprises françaises cotées en bourse, celles du CAC 40, ont publié leurs résultats : 53 milliards de bénéfices. Et comme chaque année, on a entendu des commentaires dénonçant le caractère...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1337 du 14 octobre 2017

Editorial : L'école de la République
Actualité
:
Une grève tout à fait logique - L’avenir est-il à la confédération ?  - La discussion du budget 2018 est en marche
Connaissance du libéralisme :
Liberté et droit, la synthèse
Lu pour Vous


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...