Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

Voir la vie comme un économiste

Ce thème de l’allocution prononcée lorsqu’il fut honoré du prix Nobel d’économie (1992) résume l’originalité de Gary Becker.

Lire la suite...
Politique et société, parution de l’ouvrage du Pape François PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 06 Septembre 2017 00:00

« Le Pape est-il de gauche » ? Couverture du Figaro Magazine (2 septembre), en exclusivité et en avant première de la parution d’un ouvrage signé par le Pape François à partir des déclarations qu’il a faites au journaliste français Dominique Wolton au cours de douze entretiens sur deux ans.

 

Les propos du Pape sur les immigrés et le métissage sont à l’opposé du courant identitaire qui s’est développé en Europe depuis quelques années. Ce premier pape non-européen propose une histoire de l’Europe différente de celle qu’on a l’habitude de narrer : ce continent a été peuplé de barbares qui ont progressivement construit une culture commune. Aujourd’hui on ne peut pas rejeter les immigrés, ils ont besoin d’accueil, d’amour, mais aussi d’institutions qui rendent possible leur intégration. Ce que le Pape sait de l’Amérique Latine est à son avis applicable à l’Europe. Cette présentation classera le Pape à gauche aux yeux de beaucoup de personnes, et cette impression sera renforcée quand on entend le Pape François évoquer les menaces qui pèsent sur la nature et la planète, et la responsabilité de la croissance économique organisée suivant les règles du marché et du profit…Mais cela était bien connu dès le début du pontificat, avec l’Encyclique  « Laudate Si » (mai 2015).

Toutefois, ce qui fera davantage controverse parmi les Catholiques sera la position du Pape François sur la morale personnelle et la famille. Le mariage homosexuel et la théorie du genre sont nettement rejetés. L’union entre individus de même sexe ne peut être qu’une « union civile », mais pas un mariage, qui ne peut être que celui d’un homme et d’une femme. En revanche la position du Pape s’est infléchie sur deux sujets sur lesquels il avait été « traditionnaliste » quand il était cardinal argentin : le divorce et l’avortement.  La communion des divorcés remariés ne semble plus faire problème si l’on peut « discerner les situations ». L’avortement est un péché grave puisque c’est le meurtre d’un innocent, dit François, mais « il faut faciliter le pardon » et « chaque prêtre peut désormais absoudre le péché ». Dans la mesure où les paroles du Pape François s’attaquent explicitement à la tradition, elles le classent sans doute à gauche. Mais dans la mesure où elles appellent à la civilisation de l’amour et à la paix, elles sont bien celles d’un missionnaire chrétien. De toute façon, elles sont celles d’un jésuite.

 

 

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1340 du 8 novembre 2017

Editorial : Harcèlement : plan d’urgence ou profonde conversion ?
Actualité
:
Macron : 6 mois de théâtre - Trump : un an de «bashing» - Le vrai scandale des «Paradise Papers» - Hulot : 6 mois de recul
Connaissance du libéralisme :
La dévolution des biens matériels
Lu pour Vous :
Le bulletin de l’ALEPS


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...