Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

Les sentiments, bases de la société

Charles Fourier a inspiré Proudhon, mais Marx l’a méprisé. Marx l’économiste rejettera avec violence les « utopies » des Français, construites en ignorance totale des lois de l’économie. Il est vrai que Fourier part du principe qu’une société ne peut être harmonieuse que si elle rencontre les sentiments des individus.

 

Lire la suite...
Hausse de la CSG : inefficace et injuste PDF Imprimer Envoyer
Mardi, 23 Mai 2017 00:00

Elle n’est ni sociale ni efficace, elle pénalise les Français non salariés

 

La CSG serait relevée de 1,7 point : c’est une des mesures phares du programme En Marche. Le prétexte est triple : accroître le pouvoir d’achat des salariés en diminuant les retenues maladie et retraite sur leur salaire, accroître la compétitivité des entreprises en diminuant le coût du travail, et finalement compenser cette baisse des cotisations (donc des recettes de l’URSSAF) par un prélèvement sous forme de relèvement de la CSG. Le dispositif était le même que celui du programme Fillon, à un détail près, mais d’importance : la compensation se faisait par un point de plus de TVA. Au lieu d’une TVA sociale, c’est la CSG sociale.

L’une et l’autre n’ont aucun effet sensible sur le pouvoir d’achat : ce que gagnent les salariés sur leur feuille de paye est à peu près compensé par l’augmentation de la CSG qu’ils verseront. L’une et l’autre n’ont aucun effet sensible sur la compétitivité : les charges sociales, qu’il s’agisse de la part patronale comme de la part salariale (toutes deux prélevées sur le salarié et répercutées dans le coût), sont d’un niveau très élevé en France à cause du système de l’assurance maladie et des retraites. En passant de la répartition à la capitalisation on pourrait abaisser de moitié le coût de la protection sociale, à prestations égales. Par rapport à cette solution adoptée chez beaucoup de nos concurrents, la baisse des cotisations est du bricolage.

Reste maintenant l’incidence respective de la baisse de la TVA et de la CSG. Avec la TVA, ce sont tous les ménages français, tous les consommateurs qui paient. Si le coût du travail a baissé et si cette baisse a été répercutée dans le prix de vente (ce qui n’est pas mécanique), ils perdent en TVA des produits consommés ce qu’ils ont gagné sur le prix. Avec la CSG ce sont tous les ménages français qui sont frappés, mais une discrimination est faite en faveur des salariés, puisqu’ils bénéficient d’une baisse de cotisations, ce qui n’est pas le cas des non salariés, au premier rang desquels les retraités, mais aussi les travailleurs indépendants, les artisans et libéraux. La facture est lourde pour les retraités, à tel point que le programme Macron prévoit une allocation particulière pour les personnes percevant de bas salaires ou de petites retraites, suivant la grande méthode française : on taxe puis on exempte.

On n’est pas sûr que l’équilibre financier de cette innovation soit assuré. De plus, la logique de la CSG est une fois de plus violée : elle devait au départ financer l’assurance maladie, elle est maintenant un impôt très lourd sur tous les revenus. D’autre part, la baisse des prix peut être traitée par nos concurrents étrangers comme une subvention déguisée à nos producteurs nationaux : du « dumping social » à la française.

Voilà comment des réformettes engendrent déficits, bureaucratie et injustices, alors que les entreprises français retrouveraient leur compétitivité avec deux réformes qui ne se feront pas : celle du Code du Travail et celle de la Sécurité Sociale.

 
More Articles :

» Le pétrole va tuer la planète

Mais il va sans doute bénéficier à l’humanité et notamment aux peuples les plus pauvres. Le cours mondial du pétrole vient à nouveau de s’effondrer : c’est que les énergies fossiles sont plus fournies, plus accessibles et moins chères...

» Faut-il reparler des retraites ?

Dans cette campagne la question des retraites n’a été abordée que de façon fragmentaire et imprécise. Deux positions ont été avancées : repousser l’âge de la retraite (Fillon), mettre en place une retraite par points (Macron). L’une...

» François Fillon : c’est de l’abîme que jaillit la lumière

La mise en examen stimulera nos efforts et nous conduira à la victoire

» François Fillon : le soft libéral

Mais le candidat est bien celui de la rupture et de la détermination

» Quelques épisodes de guerre civile ?

L’attaque des militants de Marine Le Pen à Nantes est inquiétante

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1330 du 11 juillet 2017


Editorial : La Reconquête

Conjoncture : Taillables et Corvéables à merci

Actualité  : Hambourg : enterrement du G 20 - Les dépenses de Monsieur Hulot - Le service national : Macron relance l’idée de génie - Macron : retour à la baisse immédiate des impôts - Les ordonnances travail présentées à l’Assemblée

Actualité  : Des leaders libéraux ? - A la recherche des intellectuels libéraux - La rentrée de la Nouvelle Lettre


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...