Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Etes-vous adeptes et satisfaits de la pensée unique ? Ces portraits montrent l’extrême richesse de l’histoire de la pensée économique, d’Adam Smith à nos jours. Ils vous font découvrir les permanences (les problèmes économiques) et les oppositions (les doctrines économiques).
Dépenses publiques et impôts d’un côté, ou libre échange et libre entreprise de l’autre : ce débat actuel s’est noué avec Say et Malthus, se poursuivant entre Bastiat et Marx, puis aux 20ème siècle par Keynes et Hayek – par exemple.

48 pages, 22 portraits, 5€

Bulletin de commande

Portait

Les produits s’échangent contre les produits

Cette formule est aujourd’hui connue sous le nom de « loi de Say ».

Lire la suite...
Le miracle de l’assimilation culturelle PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Mardi, 20 Septembre 2016 00:00

L’Etat Providence rend impossible toute assimilation

 

Nicolas Sarkozy est un miraculé. Né dans une famille composée de Hongrois et de Grecs, il s’est découvert des ancêtres Gaulois. Descendant d’Astérix plutôt que d’Obélix, il a bu la potion magique de l’assimilation. La décoction, c’est l’Histoire de France, apprise sur les bancs de l’école de la République. L’assimilation est affaire de culture.

Certes l’assimilation est une belle chose. C’est un vœu salutaire pour parvenir à une société policée où la diversité des origines se fond dans le creuset de la nation. Mais c’est un vœu pieux si l’on adopte les recettes de Sarkozy, parce que ces recettes sont celles que l’on a pratiquées, consciemment ou inconsciemment, jusqu’à présent.

Elles ont échoué parce qu’il est impossible de bâtir une culture nationale dans un pays où l’Etat et la politique tiennent une place démesurée. On n’impose pas une culture d’en haut, par décret. Et une culture n’a de valeur que si elle mène à la civilisation.

 

Le rêve américain

Ce n’est un secret pour personne : si les Etats-Unis ont durant deux siècles attiré des millions d’hommes venus de la terre entière c’est que les immigrants rêvaient à deux choses : l’enrichissement, l’épanouissement personnel. Ils venaient chercher fortune, mais ils espéraient aussi développer leurs talents, entreprendre, travailler. Et les Etats-Unis pouvaient répondre à ce rêve parce qu’ils étaient la patrie de la liberté, de toutes les libertés : religieuse, politique, économique.

Certes, quelques vagues d’immigrés pouvaient ressembler à celles qui vont aujourd’hui vers l’Europe : des gens qui fuyaient la dictature, l’oppression, la ségrégation. Les Juifs chassés d’Europe par le communisme et l’hitlérisme, les Cubains fuyant pour la Floride, etc. Mais quelle qu’en soit la raison, l’immigration pose toujours un problème d’acclimatation des nouveaux venus aux communautés existantes, aux nations d’accueil.

Or, dès maintenant le rêve américain lui-même se brise, et la raison en est simple : comme la France les Etats-Unis de Clinton et Obama sont pervertis par l’Etat Providence.

 

Comment se fait l’intégration

L’intégration aux Etats Unis se faisait facilement, dit-on, parce que ce pays est « multiculturel ». On entend par là que les ancêtres américains n’étaient visiblement pas Gaulois, les autochtones ont accepté les nouveaux venus de toutes origines, toutes races et toutes religions. Ils n’étaient pas « assimilés » au sens de Sarkozy. Et pourtant ils se sentaient égaux, capables d’accéder à tous les métiers, à toutes les positions, même les plus prestigieuses.

Pourquoi ce ressenti d’égalité ? Parce qu’il y a un grand respect de la constitution et de la loi (statue de la liberté). Mais surtout parce que pour survivre aux Etats Unis et pour progresser il fallait travailler dur, accepter d’être mal logé un certain temps, s’accommoder des accidents de la vie. En moins d’une génération l’ascenseur social montait des immigrés misérables au rang de classe moyenne, parfois plus haut. Ce n’est pas la culture, c’était le travail, le mérite, la propriété qui étaient les garants de l’harmonie sociale.

 

L’Etat Providence détruit tout espoir d’intégration

J’écris à l’imparfait, car il ne reste plus grand-chose de ce rêve américain. Il y a trente ans déjà Thomas Sowell dans « Ethnics America » avait démontré que les communautés qui avaient le mieux réussi étaient celles qui avaient été le moins aidées par les pouvoirs publics : Juifs russes, Japonais. A l’inverse le drame de Harlem a été celui des allocations versées aux Noirs de ce quartier par la ville de New York.

L’Etat Providence fait croire que la richesse et le succès sont des droits sociaux, définitivement acquis pour tout immigrant. Le chômeur assisté est déraciné, il n’est plus membre de la communauté humaine que l’on appelle entreprise, où il peut apprendre ce qu’est la solidarité, le respect des autres, et l’épanouissement personnel. Il est sensible à la propagande de la lutte des classes, il se considère d’emblée comme déclassé.

Donc il ne sert à rien d’apprendre l’histoire de France dans des écoles qui tuent la personnalité et déforment la réalité. Il ne sert à rien de chercher du travail quand il n’y en a pas à cause du dirigisme socialiste, et quand on peut compter sur des allocations substantielles. Les immigrés apprennent très vite les leçons de l’Etat Providence  bien apprises des français de souche.

Il faut arrêter de parler de culture ; Parlons plutôt de liberté et de dignité, c'est-à-dire de civilisation : il est temps.

 
More Articles :

» Libres de fêter Noël

Nous sommes libres de notre Noël. La façon dont nous le vivons est un choix personnel, un choix familial et traditionnel.

» L’Union Européenne cherche sa voie

Le sommet de Bratislava n’a pas permis de mettre l’Union Européenne sur une nouvelle voie. Personne n’a été déçu, puisque personne ne s’y attendait, en dépit des audaces médiatiques. Le problème européen reste donc entier. Ce...

» Angela Merkel donne son vrai sens à l’immigration

Le comportement d’une  minorité n’autorise pas à refuser l’accueil des migrants

» Fidel et François : la conversion des fils de Jésuites

Qui aura converti qui, et de quoi ?

» Correspondances

La Nature est un temple où de vivants piliers Laissent parfois sortir de confuses paroles ; L’homme y passe à travers des forêts de symboles Qui l’observent avec des regards familiers. Comme de longs échos qui de loin se confondent Dans...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...