Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Lettre hebdomadaire (40 numéros) qui est dans sa 31ème année : c’est le commentaire libéral de l’actualité économique, sociale et politique, en toute indépendance. C’est aussi une source d’information sur les idées de la liberté dans le monde entier. Editorial de Jacques Garello, chronique de conjoncture de Jean Yves Naudet, rubriques d’actualité, revue des livres, dossiers.

8 pages, Abonnement électronique (format pdf) 40 € (40 numéros par an)

Bulletin d'abonnement

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
Hommage à Leonard Liggio PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Jacques Garello   
Mercredi, 15 Octobre 2014 00:00
Leonard Liggio l www.libres.org

Leonard Liggio nous a quittés. Il est décédé mardi 14 octobre, à l’âge de 82 ans. L’amitié que j’avais pour lui et que lui portait toute la famille libérale française méritait que j’exprime tout de suite la grande peine que nous cause une disparition rapide, après quelques semaines d’hospitalisation. Que notre sympathie soit acquise à Paul, son frère, mais aussi à tous les amis américains que nous avions en commun. Lui, le célibataire, quelle famille humaine a-t-il créée !

 

Léonard a fait ses études à l’Université de Georgetown, à Washington. Il aimait faire savoir que cette université avait été fondée par les Jésuites français chassés par la royauté au XVIIIème siècle. D’ailleurs, tout ce qui touchait la France le passionnait. Il était incontestablement, avec son ami Ralph Raïco, l’historien le plus érudit sur l’école libérale française. Il a fait sa thèse sur Barthélémy Dunoyer, mais connaissait parfaitement l’œuvre de Charles Comte, de Destutt de Tracy (celui qui a fait connaître les théories de Jean Bapstiste Say aux Etats Unis) et enfin de Frédéric Bastiat et l’équipe du Journal des Economistes.

Certes, le professeur Liggio a enseigné à l’Université, New York State Uny d’abord, puis la Californie, puis enfin la George Mason Uny (Virgine). Mais sa véritable passion était la formation économique, philosophique et éthique de la jeunesse. Il a été dans l’équipe fondatrice de l’Institute for Humane Studies de Harper, à Menlo Park (Californie) d’abord, puis à Fairfax (Virginie). Il n’avait de cesse que de faire partager l’immense culture qu’il avait acquise dans sa propre jeunesse. Il avait eu la chance de suivre le séminaire de Ludwig von Mises à New York ; ils étaient une douzaine d’étudiants initiés à l’économie autrichienne, parmi eux Israel Kirzner, Murray Rothbard, Ralph Raïco. Pas d’hésitation : c’est l’économie autrichienne qui devait être enseignée aux jeunes. Après avoir organisé avec John Blundell (décédé il y a un mois) des centaines de stages à Fairfax et dans l’Amérique entière, il a porté ses efforts vers le reste du monde : l’Amérique Latine, où son disciple Alex Chaffuen a multiplié les instituts et les séminaires grâce à Atlas Economic Foundation, et l’Europe où son tout jeune étudiant, Tom Palmer, allait se lancer à l’assaut du marxisme avant même la chute du mur de Berlin. Dans chaque pays d’Europe, dès 1986, Liggio a suscité la création d’instituts (parfois occultes) pour accueillir des étudiants épris de liberté, avides de connaissances sur le capitalisme et l’Occident. Ces jeunes deviendront les artisans de la reconstruction intellectuelle et politique de pays tels que la Hongrie, la Pologne, la République Tchèque, la Roumanie, la Bulgarie, l’Allemagne de l’Est et les pays Baltes. Tout çà, c’est Liggio.

C’est en 1987 et à la Mont Pèlerin que nous nous sommes connus et sommes devenus des amis inséparables. Léonard m’a évidemment donné l’idée de participer à cette croisade pour la formation des jeunes et l’apprentissage de la liberté. En 1985, je créais avec lui une filiale européenne de l’IHS, qui deviendra en 1992 IES Europe. Leonard a fait venir à Aix tous ses amis et non des moindres, car il connaissait tout le monde et tout le monde l’appréciait. L’université d’Eté a ainsi pris, grâce à lui, une dimension internationale et Léonard est devenu citoyen d’honneur de la ville. La France était toujours son pays de prédilection, il venait en Europe deux ou trois fois par an pour des séjours de deux ou trois semaines. Il ne manquait jamais de passer deux ou trois jours à Aix, il donnait des cours, il demeurait à la maison. Mon fils Pierre a également bénéficié de sa science et de son affection.

Pourquoi une telle énergie, pourquoi cet esprit missionnaire ? Parce que Léonard était un fervent croyant, dont la foi était étayée par une culture sans borne. Parce qu’il était bon, parce qu’il ne pensait jamais à lui (au point d’en négliger sa santé) et qu’il pensait sans arrêt à ce qui pourrait bien aider ou intéresser les autres. Il entretenait par internet une liaison permanente avec sans doute une centaine de correspondants, envoyant à chacun le texte précis qui lui convenait. Il rayonnait la simplicité, la disponibilité, l’amitié. Usé par les voyages, par une vie d’austérité, Léonard est allé vers le Père, à n’en pas douter. Adieu Léonard. Adieu, missionnaire de la liberté. Adieu mon ami.

 
More Articles :

» Du commerce international au libre-échange mondial

La « guerre commerciale » fait craindre un recul du libre échange mondial. C’est ce que l’on pense en général après les initiatives de Donald Trump et les réactions des partenaires commerciaux des Etats Unis.  

» Quand une discrimination en chasse une autre

C’est aujourd’hui la journée mondiale de la femme. On dénombre actuellement 466 journées mondiales dont 119 ont été officiellement décrétées par l’ONU. En 2018, le calendrier a commencé le 1er janvier avec la journée mondiale de la...

» Cheminots et paysans : quelle réforme ?

On ne parle plus ces jours-ci que de la SNCF et du Salon de l’Agriculture. Il y a deux points communs à ces sujets : d’une part, cheminots et paysans sont en colère ; d’autre part, il est évident qu’il y a urgence et risque de...

» La guerre économique n’aura pas lieu

Je suis naturellement inquiet par la montée du protectionnisme, qui a gâché le plaisir de l’élite mondiale réunie à Davos. En 2008, après la crise des subprimes, le G20 (sous l’influence conjointe d’Obama et Sarkozy) avait mis ses...

» François Fillon : suicide ou assassinat ?

Sur BFM TV lundi soir la question était « Qui a tué François Fillon ? ». Il y a été fortement suggéré que si François Fillon a perdu les élections il n’a qu’à s’en prendre à lui-même. Mais à la vérité il n’a jamais été...

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...