Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Lettre hebdomadaire (40 numéros) qui est dans sa 31ème année : c’est le commentaire libéral de l’actualité économique, sociale et politique, en toute indépendance. C’est aussi une source d’information sur les idées de la liberté dans le monde entier. Editorial de Jacques Garello, chronique de conjoncture de Jean Yves Naudet, rubriques d’actualité, revue des livres, dossiers.

8 pages, Abonnement électronique (format pdf) 40 € (40 numéros par an)

Bulletin d'abonnement

Portait

La modernité de Bastiat

Les tout derniers développements de la science économique se trouvent entières dans l’œuvre de Bastiat : il a été précurseur de l’école du « public choice » (Buchanan), de l’analyse des institutions (Hayek), de la théorie des droits de propriété (Alchian, Demsetz).

Lire la suite...
Pour mettre fin à la crise du logement PDF Imprimer Envoyer
Écrit par La rédaction   
Mercredi, 28 Mai 2014 00:00

Bernard Monassier préconise le retour à la fiscalité de 1948

 

Il est certain que la crise du logement se poursuit et rejaillit lourdement sur le marché de l’immobilier. Mais nos gouvernants, de gauche comme de droite, ont définitivement réglé le problème en donnant priorité au logement social. Or, comme le prouve l’étude publiée par l’Union Nationale de la Propriété Immobilière et rédigée par Jacques Garello et Nicolas Lecaussin en 2012, c’est précisément le logement social qui est la cause de la crise car, non seulement il est inadapté aux besoins et coûteux, mais aussi il a étouffé toute velléité de concurrence par le parc privé.

Bernard Monassier, dans un article des Echos d’hier lundi 26 mai, s’écarte de la pensée unique et s’interroge sur les moyens de motiver les ménages à investir dans l’immobilier. Il rappelle les dispositions fiscales d’une loi de 1948 qui exonérait de droits de succession la première mutation d’un bien immobilier ayant fait l’objet d’un permis de construire et qui exemptait d’impôt sur la fortune le propriétaire du bien. Mais cela ne lui paraît pas suffisant.

D’une part, il faut libérer des terrains à bâtir et réactiver leur marché en supprimant l’impôt sur les plus values (peut-être en exigeant deux ans de possession). D’autre part, il faudrait rendre confiance aux investisseurs, « Or ceux-ci sont apeurés par les textes successifs, votés depuis trente ans, dont l’objet est de diminuer les droits des bailleurs au profit de nouvelles prérogatives pour les preneurs ». Les relations bailleurs-locataires doivent être régies par de libres contrats.

Pour les libéraux, ces solutions sont tout à fait sympathiques, mais il est précisément significatif qu’une personnalité reconnue dans le monde du logement ose sortir des sentiers battus et s’élève contre les nuisances réglementaires, fiscales, financières, qui détruisent le logement français, et dénonce la lutte des classes et le collectivisme qui inspirent la législation sur l’urbanisme, la construction et l’investissement immobilier.

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...