Commandez

Jacques Garello l www.libres.org

Lettre ouverte aux retraités actuels et futurs, cet opuscule est un véritable condensé de tout ce que Jacques Garello a écrit sur le sujet. A lire absolument si vous vous interrogez sur le futur du système des retraites par répartition.

130 pages, 12€

Bulletin de commande

Portait

Science économique, science du comportement 

Ludwig von Mises appartient à « l’école autrichienne d’économie » fondée par Carl Menger, dont il reprend les deux idées majeures : l’individualisme méthodologique (on ne peut comprendre l’économie qu’à partir des décisions prises par les individus), la subjectivité de la valeur (la valeur attribuée à un bien ou service varie avec chaque individu et chaque contexte).

Allant plus loin que son maître de Vienne, Mises fait de la science économique une branche de la « praxéologie », science de « l’agir humain » : comment les hommes se comportent-ils dans les choix qu’ils ont à faire dans la vie ? Obéissent-ils à une logique immuable et quantifiable (position des purs rationalistes et des inventeurs néo-classiques de l’homo oeconomicus) ? Sont-ils conditionnés par l’histoire (position des historicistes allemands qui entretiennent une violente querelle avec les économistes autrichiens) ? Ou sont-ils simplement guidés par ce qu’ils pensent être leur intérêt, compte tenu des multiples paramètres qui entrent dans leur calcul ? Ceci est la position des classiques libéraux depuis Adam Smith, c’est celle des économistes autrichiens.

Lire la suite...
La loi Duflot fait des vagues PDF Imprimer Envoyer
Écrit par La rédaction   
Mercredi, 03 Juillet 2013 00:00

Les propriétaires contre l’encadrement des loyers et des rapports locatifs

 

L’Union Nationale de la Propriété Immobilière et son Président Jean Perrin (que l’ALEPS avait eu le plaisir d’accueillir à l’Université d’Eté l’an dernier) sont partis en guerre contre la loi Duflot, dite loi ALUR (loi pour l’Accès au Logement et un Urbanisme Rénové). Au cours de l’assemblée générale de l’UNPI, tenue la semaine dernière (19 juin), c’est le « retrait pur et simple du projet de loi » qui a été demandé. Il est vrai que le projet, actuellement en débat au Parlement, ne manque pas de dispositions inacceptables non seulement pour les bailleurs mais aussi pour tous ceux qui sont attachés aux libertés personnelles et au droit de propriété.

La mesure la plus spectaculaire est celle de l’encadrement des loyers : dans les « zones tendues » l’administration relèvera un « loyer médian », et les bailleurs ne pourront relouer que pour un loyer dont le montant sera compris à l’intérieur d’une fourchette autour de ce loyer médian, sauf justification inscrite au bail mais qui pourra être contestée devant une « commission de conciliation ».

L’UNPI fait aussi remarquer que la loi prévoit la « garantie universelle des loyers », mécanisme qui permet à l’Etat d’indemniser le bailleur qui n’a pu recouvrer ses loyers. C’est une « véritable bombe sur le plan financier », et l’expérience passée du GRL (garantie des risques locatifs) a tourné court, l’Etat ne pouvant indemniser tous les bailleurs pour tous les loyers non perçus. De plus, cette garantie est un « facteur de déresponsabilisation des acteurs », souligne à juste titre l’UNPI : qui va se soucier de payer le loyer si l’Etat est derrière ?

Enfin, pour couronnée le tout, la loi Duflot fleure bien les institutions de Vichy en voulant organiser un véritable ordre professionnel, avec délivrance de cartes permettant l’exercice des professions immobilières, complétée par le contrôle des marges des agences, des honoraires et nominations des syndics, etc. A l’heure de la flexibilité, voici une belle initiative dirigiste et corporatiste : que devient la liberté d’entreprendre, pilier d’une société de libertés ?

Le logement était déjà le foyer de l’idéologie collectiviste, notamment avec le « logement social ». Grâce à Madame Duflot on va faire un pas supplémentaire en direction du paradis soviétique.

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...