Commandez

Catalogue de la Sefel l www.libres.org

A l’occasion du bicentenaire d’Alexis de Tocqueville et de la 28ème Université d’Eté de la Nouvelle Economie (2005), l’ALEPS plaide pour le retour de la société civile :
« Beaucoup de nos contemporains ne font plus confiance à la société politique pour surmonter la crise économique, sociale et morale qui frappe le pays. Alors, ne serait-il pas temps de se tourner vers la société civile ? Mais où est-elle ? Que fait-elle ? Que pourrait-elle faire ? » Et aujourd’hui ?
 

55 pages, gratuit

Bulletin de commande

 

Portait

Le père des néo-classiques

Après la « révolution marginaliste » qui avait pris des allures fort différentes dans les œuvres de Jevons, Walras et Menger, il fallait sans doute le talent pédagogique d’Alfred Marshall pour proposer un schéma d’exposition simple des principes de la science économique.

Lire la suite...
Chypre : Les subtilités des dirigeants de l’Euroland PDF Imprimer Envoyer
Écrit par La rédaction   
Mercredi, 27 Mars 2013 00:00

Ils ont voulu secourir Chypre tout en détruisant ses atouts

 

Le scénario s’était déjà produit avec l’Irlande. La troïka (FMI, BCE, Commission Européenne) avait subordonné son aide à l’exigence d’une baisse du taux de l’impôt sur les sociétés pratiqué par ce pays : avec 12,5 % seulement, les Irlandais avaient un taux attractif pour les investisseurs étrangers. Les Irlandais ont refusé de se plier à ce chantage, parce qu’ils savaient bien que leur seule chance d’éponger leur dette publique était dans la poursuite d’une croissance largement stimulée par l’implantation d’entreprises étrangères sur leur sol. Mais à Bruxelles on ne perd jamais une seule occasion de régler leur compte aux « paradis fiscaux ». et au fameux « dumping fiscal ».

C’est aussi le dumping fiscal que les sauveteurs de l’euro ont voulu éliminer en contrepartie de l’avance de 10 milliards d’euros demandée par les Chypriotes. Les Chypriotes ont en effet un taux d’impôt sur les sociétés de 10 % : de quoi encourager les épargnants de tous pays, et surtout les Russes, à apporter leur argent aux banques chypriotes (67 milliards dont 15 milliards russes). On parlait naguère de Chypre comme de la « Suisse de la Méditerranée ». La troïka a donc exigé en échange de l’avance non pas une baisse des taux (comme en Irlande) mais une taxe sur les dépôts bancaires, russes, étrangers ou locaux. Cette procédure est assez scandaleuse, car elle consiste à voler purement et simplement les déposants, même si parmi eux il y a des Russes qui blanchissent de l’argent. Le Parlement de Nicosie a refusé mardi de voter cette taxe (de 6,75 %) même avec un amendement tendant à dispenser de taxe les dépôts inférieurs à 20.000 euros. En dehors de l’aspect juridique de cette mesure, que serait devenue l’économie chypriote privée de son épargne ? Elle n’était pas très bien gérée jusqu’à présent (gouvernement communiste) mais les banques ont surtout souffert des impayés grecs, car les Chypriotes avaient fait une confiance assez aveugle à leurs cousins d’Athènes.

La troïka s’est prise au piège de ses subtilités. Rien d’étonnant à ce que le cours de l’euro plonge en quelques heures pour se retrouver en dessous du seuil de 1,30 dollars. Car les marchés en déduisent que pour « sauver l’euro » les gens de Bruxelles et la Banque Centrale Européenne sont prêts à tout – et même au pire.

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...