Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

Pas de sérieuse diminution des dépenses publiques sans réduction du périmètre de l’Etat. Des privatisations généralisées ne nuisent pas à la santé, ni à l’éducation, ni aux communications, ni aux retraites de la population : c’est tout le contraire, comme le prouvent les réformes pratiquées en Allemagne, en Grande Bretagne, en Scandinavie, en Europe Centrale ou au Canada, il est facile, confortable et économique de se passer de l’Etat dans beaucoup de domaines.

36 pages, 5€

Bulletin de commande

Portait

La modernité de Bastiat

Les tout derniers développements de la science économique se trouvent entières dans l’œuvre de Bastiat : il a été précurseur de l’école du « public choice » (Buchanan), de l’analyse des institutions (Hayek), de la théorie des droits de propriété (Alchian, Demsetz).

Lire la suite...
Pas de réduction des déficits budgétaires sans réduction de l’Etat PDF Imprimer Envoyer
Écrit par La rédaction   
Mercredi, 20 Février 2013 00:00

La Cour des Comptes appelle à une réduction des dépenses, mais comment ?

 

Le rapport de la Cour des Comptes, remis mardi dernier au Président de la République a fait du bruit, mais nous le tenons pour un non-évènement.

Le montant du déficit sera supérieur à la valeur de 3 % du PIB français : tout le monde l’a dit – et nous l’avons écrit dès le premier jour. D’une part la même illusion a été entretenue depuis dix ans, la France promettant sans cesse à ses partenaires européens de se mettre en règle avec les normes de Maastricht sans jamais y parvenir et repoussant sans cesse l’échéance aux années suivantes. D’autre part le projet de loi de finances pour 2013, comme les précédents, était basé sur une hypothèse de croissance tout à fait irréaliste.

L’objectif a d’autant moins de chance d’être atteint, poursuit la Cour, qu’aucune baisse significative des dépenses n’est réellement programmée. La Cour a fait observer que miser sur la hausse des recettes fiscales pour se rapprocher de l’équilibre budgétaire était déraisonnable, or c’est ce qui a été fait depuis plusieurs exercices. Nous n’avons cessé, ici même, d’opposer la bonne et la mauvaise rigueur. La bonne rigueur, c’est celle que l’Etat s’impose à lui-même, la mauvaise c’est celle qu’il impose aux contribuables.

Alors la Cour de proclamer : il faut diminuer les dépenses. Très bien. Mais comment ? La Cour « ne recommande pas de mesures nouvelles » mais elle désire voir « s’intensifier l’effort de maîtrise de la dépense publique dans l’ensemble des administrations publiques ». Réplique immédiate du gouvernement : c’est fait, nous pratiquons la MAP (modernisation de l’action publique) et les lettres de cadrage sont parties vers chacun des ministères et, bientôt, vers les collectivités locales. Donc, au total on ne s’écarte pas du politiquement correct : on va faire des « économies », du moins en affirmer l’intention.

En réalité, ce n’est pas de MAP dont on a besoin, mais de SAP : suppression de l’action publique. Nous ne cessons de le répéter : la seule manière de réduire les dépenses de l’Etat est de diminuer le champ d’action de l’Etat et de transférer au secteur privé et marchand ce qui a été inutilement et coûteusement confisqué par le secteur public. Seul un programme de privatisations permettra de revenir à des finances publiques saines. Reste aux libéraux d’expliquer à l’opinion publique comment se passer de l’Etat, en France comme ailleurs.

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...