Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Publication trimestrielle depuis plus de 40 ans, le Bulletin rend compte de la vie de l’ALEPS mais il propose aussi dans chacun de ses numéros plusieurs études de ses administrateurs, dont Fred Aftalion, Axel Arnoux, Jacqueline Balestier, Jean Philippe Feldmann, Georges Lane, Bertrand Lemennicier, Pascal Salin, Patrick Simon.

50 pages, Abonnement  annuel : 50€,  numéros anciens 5€ suivant disponibilité

Bulletin d'abonnement

Portait

La modernité de Bastiat

Les tout derniers développements de la science économique se trouvent entières dans l’œuvre de Bastiat : il a été précurseur de l’école du « public choice » (Buchanan), de l’analyse des institutions (Hayek), de la théorie des droits de propriété (Alchian, Demsetz).

Lire la suite...
CONNAISSEZ-VOUS L’APIVIR ? PDF Imprimer Envoyer
Écrit par La rédaction   
Jeudi, 21 Octobre 2004 01:00

Voici une association qui mérite le détour : l’Association pour l’interdiction des véhicules inutilement rapides, l’APIVIR donc. C’est une association très sérieuse, présidée -et créée- par un professeur de la faculté de médecine, très honorablement connu, Claude GOT. Le titre de l’association est en soi tout un programme.

 

Mais elle ne se contente pas d’une action d’information. Elle agit en justice et vient de déposer un recours devant le Conseil d’Etat pour obtenir de brider les moteurs de voitures afin qu’elles ne puissent dépasser 130 kilomètres à l’heure. C’est donc très sérieux. L’APIVIR veut obtenir « l’annulation, pour excès de pouvoir, de la décision du ministre en charge des transports de ne pas limiter la vitesse des véhicules à la construction ».

En effet, le professeur GOT avait adressé en mai un recours gracieux au ministre des transports, Gilles de ROBIEN, lui demandant de fixer par un texte réglementaire « la date à partir de laquelle il sera interdit de délivrer des documents administratifs permettant de mettre en circulation un véhicule dont la vitesse maximale dépasse la valeur la plus élevée sur nos routes, c'est-à-dire 130 Km/h ». Des véhicules pouvant dépasser cette vitesse maximale sont une « aberration » qui « constitue une mise en danger inutile  de la vie des usagers de la route qui n’est conforme ni aux principes fondamentaux de notre droit, ni aux dispositions du code de la route ».

Certes, on comprend très bien qu’une association se soucie des accidents de la route et cherche à les réduire. Encore faudrait-il prouver que la vitesse soit un facteur aggravant, alors qu’on pourrait montrer que des réserves de puissance peuvent être le plus sûr moyen d’éviter un accident. Mais que fait cette association de la responsabilité personnelle et de la liberté de chacun ? Toujours est-il que l’association a donc déposé une requête pour faire annuler ce qu’elle considère comme un rejet de sa demande.

Ce qui est également intéressant dans cette affaire, c’est la réaction du ministre. Certes, il rejette pour l’instant la requête, mais au lieu de répondre non et d‘argumenter sur le fond, il a déclaré dans sa réponse que «  la réglementation technique n’est concevable juridiquement et ne semble efficace politiquement que dans le cadre de l’Union européenne ». Il indiquait que « l’évolution majeure envisageable » dans le cadre européen était d’introduire l’obligation du « limiteur de vitesse modulable sur les voitures particulières ». Bref, comme le souligne Le Monde, M. DE ROBIEN « ajoutait qu’il avait proposé à ses homologues européens de « conduire une réflexion commune » sur la limitation de la vitesse, au moment de la construction, en précisant que la France y était prête ».

Voilà comment peu à peu, avec bien sûr la meilleure bonne volonté du monde, on glisse vers la société totalitaire et vers l’assistanat généralisé. Le meilleur des mondes. L’Etat protecteur, qui vous enlève jusqu’au goût de vivre et l’envie de respirer. Qu’une association propose ce type de mesure, cela fait heureusement partie de la liberté d’expression de chacun. Mais que l’Etat, via le gouvernement, y prête une oreille attentive, cela devrait soulever l’indignation de tous les citoyens soucieux de liberté. Décidemment, l’enfer est pavé de bonnes intentions.

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1361 du 25 avril 2018

Editorial : La sueur des autres
Actualité
:
La vraie nature de l’impérialisme américain - Jeunesse et éloquence : Macron a séduit les Américains - Gentils étudiants et méchants CRS
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Pierre Bentata, Les désillusions de la liberté


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...