Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Publication trimestrielle depuis plus de 40 ans, le Bulletin rend compte de la vie de l’ALEPS mais il propose aussi dans chacun de ses numéros plusieurs études de ses administrateurs, dont Fred Aftalion, Axel Arnoux, Jacqueline Balestier, Jean Philippe Feldmann, Georges Lane, Bertrand Lemennicier, Pascal Salin, Patrick Simon.

50 pages, Abonnement  annuel : 50€,  numéros anciens 5€ suivant disponibilité

Bulletin d'abonnement

Portait

Pourquoi la croissance de l’Etat ?

Au début du 20ème siècle, Adolph Wagner avait formulé une « loi économique » : les dépenses publiques occupent une proportion croissante du produit national. Une nation plus civilisée appelle un Etat plus dispendieux.

Lire la suite...
UN MUSEE EST-IL UN SERVICE PUBLIC ? PDF Imprimer Envoyer
Écrit par La rédaction   
Jeudi, 24 Mars 2005 01:00

On assiste en ce moment à de grandes discussions en France autour de la question des musées.

Chez nous, ils sont habituellement publics et financés sur fonds publics. Cela va de soi, puisque dans la logique française il s’agit d’un service public. Lorsque le Louvre a osé remettre en cause le libre accès aux salles pour les artistes et les enseignants, cela a provoqué un tollé. Pourtant, il est clair qu’étant donné l’état actuel de nos finances publiques, le financement public ne suffit pas et le Louvre cherche une plus grande autonomie financière et se tourne vers les fonds privés. Car il n’y a pas que la politique de tarification (gratuité, faible tarif ou prix élevé), il y a aussi et surtout la question des autres ressources.

A l’occasion de ce débat, le Figaro Economie présente un intéressant dossier sur ces problèmes de financement et rappelle par exemple que le gouvernement BERLUSCONI envisage désormais une privatisation de la gestion de certains musées nationaux. Même en France, Le Louvre, qui a 65% de ressources publiques, a tout de même 35% de ressources privées. Le Louvre gère les 30% de contractuels (sur un total de 2000 personnes), mais n’a rien à dire pour les 70% de fonctionnaires. Ce n’est pas encore bien libéral.

Ce qui nous a intéressé dans ce dossier, c’est l’entretien accordé par Jean-Michel TOBELEM, du cabinet conseil Option Culture, qui a publié un ouvrage sur le financement à l’Américaine des musées. Il commence par rappeler qu’européens ou américains, les musées sont en général à but non lucratif. Mais cela n’empêche pas des différences radicales.

« Grosso modo, les fonds d’origine publique représentent de 60% à 90%, voire plus, du total des ressources des grands musées européens, alors qu’ils s’élèvent au mieux à 10% chez leurs homologues américains. A quelques grandes exceptions près, telles que le Smithsonian Institution, complexe de musées nationaux de Washington. Quant aux ressources  propres, des 10 à 40% que comptent les musées européens, l’essentiel provient de la vente de billets, d’activités commerciales et de la minorité du mécénat d’entreprises. Les dons des particuliers sont faibles, moins au Royaume-Uni, mais particulièrement en France ».

C’est la grande différence avec les Etats-Unis. « En effet, sur l’ensemble des ressources propres des musées d’Outre-Atlantique, les dons des particuliers s’élèvent à 85%, provenant pour beaucoup de personnes très fortunées. Pour le reste, les fonds des fondations représentent 10% et ceux des entreprises 5%. Là-bas, les gestionnaires de musées ont compris qu’ils ne pouvaient compter ni sur l’argent de l’Etat fédéral, ni sur celui des Etats ».

Bien entendu, la fiscalité joue un rôle et les incitations fiscales sont très importantes aux Etats-Unis. Mais ce n’est pas l’essentiel pour Jean-Michel TOBELEM. « C’est une histoire de mentalité. Dans le pays de prédilection de TOCQUEVILLE, la relation entre le particulier et la culture est très forte. Il n’est pas rare de voir des bénévoles s’occuper de l’accueil et de l’information dans les musées ou de visites guidées ; en Europe, et notamment en France, le bénévolat dans les musées n’existe guère et les donations des particuliers en leur faveur sont très faibles ».

Evidemment, avoir des fonds publics ou privés change la manière de gérer. Les fonds publics peuvent donner l’impression d‘une plus grande sécurité, mais on dépend d’un seul et unique interlocuteur, l’Etat. «  A l’inverse, le gestionnaire américain qui fait face à plusieurs donateurs se sent plus libre au quotidien, mais il lui faut dépenser beaucoup d’énergie pour convaincre les donateurs (entreprise, fondations et particuliers) ».

Au total, on sait que ce financement privé n’empêche pas les musées américains d’être parmi les plus importants et d’avoir les plus belles collections, en particulier en peinture. Il y a sans doute plus de Cézanne aux Etats-Unis qu’en France. Ce qui prouve que les « services publics » n’ont pas besoin d’être rendus par l’Etat, mais qu’ils peuvent fort bien l’être en faisant appel au mécénat, parmi d’autres formules. Mais pour se désintoxiquer de la dépense publique, comme disait M. GAYMARD, il faut changer nos mentalités et changer nos institutions et nos incitations. Les Français ne sont pas moins généreux que les autres. Mais là où l’Etat passe, la société civile trépasse.

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...