Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

 

D’Aristote à René Girard, ils ont abordé les thèmes de l’éternel humain : la nature de l’homme, son destin, sa conscience, la liberté, le pouvoir, la religion, la vie, la vérité, etc. Dans une société où le paraître l’emporte largement sur l’être, se rapprocher des philosophes nous aide à retrouver ce qui importe à long terme, ce qui est le fond de notre humanité et ce qui donne valeur à notre liberté.

64 pages, 30 portraits, 5€

Bulletin de commande

 

Portait

 

Economiste classique

Contresens sur la valeur travail

Adam Smith avait créé une ambiguïté en juxtaposant trois lectures de la valeur travail : travail incorporé, travail épargné, travail échangé. Ricardo va lever l’incertitude en choisissant la valeur du travail incorporé, malheureusement la mauvaise !

Lire la suite...
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE L’ALEPS : LES LIBÉRAUX EN ÉVEIL PDF Imprimer Envoyer
Mercredi, 14 Mai 2008 01:00

Il est encore temps de revenir sur l’Assemblée Générale de l’ALEPS, qui s’est tenue il y a trois semaines (jeudi 24 avril), puisque l’actualité nous a conduits à différer un compte rendu plus fourni que la seule annonce du Prix du Livre Libéral à Yvan Blot (Lettre n°956 du 28 avril). 

Un an d’activité intense  

Dans son rapport moral sur l’exercice 2007-2008, Jacques GARELLO a rappelé que l’année écoulée avait donné à l’ALEPS l’occasion de mener une activité très intense :

En mars 2007 a été présenté le « Guide du candidat », diffusé à 2.000 exemplaires et sur un site conçu pour la circonstance www.guideducandidat.org. Le Guide a été conçu en partenariat avec une vingtaine d’associations et instituts de la mouvance libérale, conformément à la politique d’ouverture et de coordination des libéraux menée depuis trois ans. Contribuables Associés, Liberté Chérie, l’IFRAP, l’IREF, Turgot, Chrétiens pour les Libertés, Société Civile, Euro 92 ont activement participé à l’élaboration de ce document.

Dans le prolongement du site, une cotation des candidats à la Présidence de la République a été possible. Les valeurs à l’argus n’ont pas été fameuses puisque le candidat le mieux placé (Nicolas SARKOZY) n’a obtenu que 85 points sur un total théorique de 180. Madame Royal a eu droit à un beau 5 points.

L’ALEPS a organisé la trentième Université d’Eté de la Nouvelle Economie à Aix en Provence, du 26 au 29 Août sur le thème des « Défis Institutionnels de la Mondialisation ». Cet anniversaire, préparé par le Professeur Jean Yves Naudet, a été relevé par les présences du Pr. William Niskanen, Président du Cato Institute, ancien président du Comité des Conseillers Economiques de Ronald Reagan, et de très nombreux membres fondateurs de cette Université, comme les professeurs Leonard Liggio, Pascal Salin, Gérard Bramoullé. Trente huit conférences ont été prononcées. Le dîner d’ouverture a eu pour invité d’honneur Hervé Novelli, Sous-secrétaire d’Etat aux Entreprises et au Commerce extérieur.

L’ALEPS s’est associée au projet mené par l’IREF (Institut de Recherches Economiques et Fiscales) et Contribuables Associés, avec Jacques Garello et Georges Lane, sur la réforme du système des retraites. La présentation du premier volume de cette œuvre se fera dans le courant du mois de mai.

L’ALEPS a publié cinq bulletins « Liberté Economique et Progrès Social » avec les contributions remarquées de Xavier Fontanet, Jean Philippe Feldman, Georges Lane, Fred Aftalion et Axel Arnoux.

Quarante deux numéros de la Nouvelle Lettre sont parus, et le nombre des abonnés a augmenté de 10%.

Enfin, et non le moindre, le site www.libres.org reçoit actuellement plus de 4.000 visiteurs par jour.

 

Qui s’intéresse au libéralisme en France?

 

On peut se poser la question, bien que le Président SARKOZY ait pu passer (à tort) pour un libéral (il se veut « pragmatique » et ne se lève pas « en pensant à Hayek et Margaret Thatcher »), et bien que l’opinion dominante voie dans la politique actuelle la marque de « l’ultra-libéralisme ». Il est incontestable que cette politique depuis un an ne correspond pas aux attentes des libéraux. Les élus qui ont des sympathies pour la pensée libérale sont réduits au silence, l’UMP n’a pas admis en son sein la reconnaissance de « courants ». Ainsi les « réformateurs » d’Hervé Novelli sont-ils rappelés à l’ordre et à la discipline…

  

Le rapport Attali ne peut non plus passer pour libéral, bien qu’il veuille instaurer la concurrence et réformer le marché du travail. Après avoir dénoncé les lourdes responsabilités de l’Etat, il cherche la solution du côté d’une nouvelle réglementation et de nouvelles interventions.

 

Après un démarrage très prometteur, la présidente du MEDEF, Laurence Parisot, a eu fort à faire avec les négociations sur le temps de travail et la crise interne de l’UIMM ; elle reprendra sans doute prochainement la croisade libérale qu’elle avait annoncée.

Sans hésiter, on peut soutenir, comme Jacques Garello, que les actions du libéralisme sont au plus bas ; il faut remonter quelque trente ans en arrière pour trouver une telle désaffection pour les idées de la liberté dans les milieux politiques.

Fort heureusement, il y a quelques motifs de satisfaction ailleurs : d’une part, la qualité et la fréquence des travaux des intellectuels libéraux, comme en témoignent les œuvres retenues par le jury du Livre Libéral, d’autre part, l’émergence d’une nouvelle génération libérale, comme en atteste le dynamisme des jeunes de « Liberté Chérie ». L’ALEPS fait aussi une grande cure de rajeunissement en se donnant pour nouveaux administrateurs trois membres de moins de quarante ans : Bogdan Calinescu (Nicolas Lecaussin, ancien rédacteur en chef de Société Civile et ancien Président de l’IFRAP), Jean Philippe Feldman, Professeur à l’Université de Bretagne Sud, Vincent Ginocchio, Président de Liberté Chérie. Le poste de Vice Président est désormais tenu par le Professeur Bertrand Lemennicier, puisque le Professeur Roland Drago a désiré renoncer à cette fonction et est appelé à siéger au Collège Présidentiel – mille remerciements lui soient rendus pour son fidèle soutien depuis quinze ans.

 

« Demain le libéralisme »

 

Dans une traversée du désert la prudence recommande de rester en éveil, à l’affût du moindre vent favorable, à la recherche de la moindre occasion pour rebondir.

C’est ce que l’ALEPS compte bien faire au cours des mois à venir. Il s’agira de continuer avec patience le travail de recherches et de publications : la Sécurité Sociale sera le sujet dominant de nos prochaines études, d’autres viendront rejoindre ici Jacques Garello et Georges Lane.

Il va de soi que la communication restera prioritaire, avec les bulletins, la Nouvelle Lettre et le site www.libres.org . De même la politique de partenariat initiée il y a trois ans sera poursuivie, et nous souhaitons que le 35 Mac Mahon devienne plus que jamais la maison des libéraux.

Plusieurs rencontres seront organisées à Paris, la plupart en partenariat avec nos associations amies, et dès le 28 mai, une réunion se tiendra autour de Jacques Garello, Georges Lane, Victoria Curzon-Price et Thierry Afschrift (ces derniers parlant des retraites respectivement en Suisse et en Belgique).

La tenue de la 31ème Université d’Eté est différée, car les dates habituelles ne concordent pas avec le congrès mondial de la Société du Mont Pèlerin qui se tient à Tokyo au début du mois de septembre et attire naturellement les nombreux libéraux étrangers qui fréquentent habituellement Aix en Provence, ainsi que la plupart des administrateurs de l’ALEPS. L’an prochain, la Société tiendra son meeting régional en Suède en août, et cela sera certainement plus propice à une forte participation de nos amis.

On peut aussi compter sur un environnement international plus favorable à l’importation d’idées libérales : Italie et Grande Bretagne pourraient orienter l’Europe vers plus de concurrence et moins de politique, et la présidence française permettra peut-être de mettre Nicolas Sarkozy face à ses responsabilités, une fois qu’il aura compris le refus des Européens de se mettre à l’heure française.

Le résultat des élections américaines sera également décisif pour le futur libéral.
En conclusion, sans être des spectateurs passifs, nous devons attendre avec détermination des heures plus porteuses de libéralisme. Continuons à fourbir les armes de la liberté pour le cas où nous aurions à nous en servir. Enseignons, expliquons, rencontrons, unissons. Et gardons à l’esprit cette certitude : la vérité vaincra, la liberté viendra.

 

Nouvelle Lettre de la semaine


Au sommaire du n°1362 du 2 mai 2018

Editorial : Victoire des Black Blocks
Actualité
:
Cinquante ans plus tard - Service national : pour quelle nation ? - Peut-on faire confiance aux iraniens ? 
Connaissance du libéralisme :
La concurrence sauvage
Lu pour vous :
Bertrand Lemennicier, La nation, fétiche politique introuvable


Acheter le numéro

Revue des Livres

Jacques De Guenin

Œuvres complètes de Bastiat

Le livre à lire cette semaine n’est pas celui d...

Pascal Salin

FREDERIC BASTIAT PERE DE LA SCIENCE ECONOMIQUE MOD...

Vous pourrez tomber à votre tour sous le charme d...