Portait

 

Economiste classique

Contresens sur la valeur travail

Adam Smith avait créé une ambiguïté en juxtaposant trois lectures de la valeur travail : travail incorporé, travail épargné, travail échangé. Ricardo va lever l’incertitude en choisissant la valeur du travail incorporé, malheureusement la mauvaise ! Pour Ricardo un produit qui a nécessité 10 heures de travail vaut deux fois plus qu’un produit qui n’a nécessité que 5 heures. La valeur est donc rigoureusement fixée, la valeur est « objective », ce n’est pas l’objet d’une estimation subjective ni d’un choix personnel. Le marché, la nature de l’échange et la personnalité des échangistes n’influent pas sur la valeur d’un bien. Cette conclusion est en rupture complète avec la pensée de Smith, Turgot ou Say, qui tous trois faisaient de l’échange la base de toute activité économique. Elle explique aussi comment Ricardo articulait prix et valeur : si le prix d’un produit sur le marché augmente à cause de la pression de la demande sur l’offre, il passe au-dessus de sa valeur « intrinsèque », donc il encourage l’offre à se grossir et la demande à diminuer, on revient ainsi au prix d’équilibre, conforme à la valeur objective

Lire la suite...

L'Abécédaire...

Il y a 333 entrées dans ce glossaire.
Chercher des termes du glossaire (expression régulière autorisée)
Commence par Contient Terme exact
Tout A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V
Terme Définition
DECENTRALISATION

Au sens administratif, la décentralisation est un mode d'organisation selon lequel l'Etat confie des pouvoirs de décision à des organismes locaux, en général élus, en tous cas largement indépendants du pouvoir central. La décentralisation s'oppose ainsi à la déconcentration, qui ne fait que confier le pouvoir à des représentants locaux du pouvoir central, soumis donc au pouvoir hiérarchique. Au sens économique, la décentralisation est l'un des principes essentiels de l'économie de marché, que l'on appelle souvent économie décentralisée (par opposition à l'économie de plan, ou centralisée). Dans ce cas, c'est le pouvoir économique qui appartient à des agents décentralisés, les consommateurs, qui ont essentielle ment le pouvoir de choix en matière de consommation, et les producteurs, qui ont ce même pouvoir sur les modalités de la production (choix des facteurs de production, de la combinaison productive optimale...).

Glossary 2.7 uses technologies including PHP and SQL

Nouvelle Lettre de la semaine

La réforme du collège ne passera pas l www.libres.org

Au sommaire du n°1238 du 19 mai 2015


Editorial : En finir avec l'Education Nationale

Conjoncture : Rebond ou faux bond ?

Actualité : Les retraites complémentaires en voie d'explosion - " La loi du marché " - La dimension culturelle de la barbarie

Actualité du libéralisme : La réforme de l'Education Nationale

Lu pour vous : L'impôt sur les successions. Une fausse bonne idée

Je m'abonne

Commandez

Catalogue de la SEFEL l www.libres.org

Le chômage est un scandale doublement public. D’une part, il n’a pour origines que des initiatives publiques : politiques budgétaires, monétaires, droit social. D’autre part, il est scandaleux d’avoir tant de chômeurs alors que la science économique donne une réponse claire au défi du chômage . « On a tout essayé contre le chô-mage » disent les gouvernants. Tout, sauf ce qui marche… En 1996 déjà un colloque tenu à Paris par des économistes de renom mondial rappelait cette évidence.

109 pages, gratuit

Bulletin de commande

Revue des Livres

Jacques Garello

Comment sauver vos retraites

L’ouvrage est sorti des presses jeudi 28 novembr...

Olivier Marteau

L’étrange défaite de la France dans la mondial...

Evidemment, cette défaite est masquée par les qu...